Partagez | .
 

 Des EFFin Dragooons !! (Pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 1339
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Ven 22 Aoû - 22:18

     Ouaiiiiiiiiiis des Dragoooooons !
Okay ça fait con. Mais k'so qu'est-ce que je surkiffe ces bestioles. Bon, c'est sûr, c'est plein de feu dans le bide, ça vous le crache à la gueule en vous cramant les tifs, et ça vous déchiquète les vêtements ! Pis je parle même pas des Dragons qui peuvent se changer en hybride alors là, c'est le bordel total ! Ils viennent et ils vous tapent la dispute et c'est vous qui passez pour la méchante alors qu'ils vous pouillent tout votre fric ! Nan, décidément, les Dragons, c'est la galère.

Mais qu'est-ce que vous voulez, y'a quelque chose de majestueux dans les écailles de ces genre de reptiles ailés. J'aime leur tête de bestioles, leur petit corps de lézard et les deux p'tites cornes qu'il y a parfois sur leurs têtes. Les Dragon c'est assez chelou comme bestiole et c'est pour ça que je deviens hystérique quand j'en vois.

Donc là, j'chuis à la Cité du Feu, et y'a des Dragons.

On est en pleine nuit. Et ici, le climat est jamais tendre. Le jour il fait calcinant un truc de fifou et la nuit on se les pèles un max. Bref, pour moi, qui suit une Vampire et qui donc ne sort pas le jour, à la Cité, on se les cailles tout le temps.
Là j'ai décidée de sortir de nuit -car le jour je peux pas hein- pour aller fouiller dans les ruines de la Cité. Vous savez pourquoï ? Car à cause de ces foutues catastrophes, mon château a été enfoui sous trois tonnes de lave ! (comment ça "tout le monde le sait déjà" ? Mais-heu !) Bref. Vu que ça me saoule un peu d'avoir perdu tant d'affaires -j'avais un élevage de chiens, à l'époque.- j'ai envie de les récupérer. Je suis pas du genre à m'attacher aux choses mais c'est par principe.
C'est pour ça que j'ai décidée de descendre dans la faille naturelle voir si je pouvais trouver un moyen d'accéder à la couche d'en dessous.
Bon, déjà, autant vous prévenir de suite, ça sert à rien, hein. La faille, c'est une faille, un canyon, une fois au fond, on peut pas aller sur le côté. C'est soit t'es dans le trou, soit t'es au dessus. Pour mon château qu'est quelque part sur la gauche... Il est pris dans la lave solidifiée des kilomètres plus loin. J'y accéderais pas par là.

Du coup voilà. Normalement les gens, bah, ils descendent en rappel, moi j'avais la flemme.

" BANZAIIIIIIIII " du coup j'ai un peu descendue tout ça en courant à la verticale sur les parois et en m'écrasant magistralement au sol.
Prenez ça comme un gros pétage de plomb.

Bon, donc, je me suis violemment scratchée tout en bas, bien qu'ayant ralentie ma chute avec mon pouvoir de télékinésie pour ne pas réellement finir en crêpe sanguinolente.
J'ai mal au nez, il est pété. Mais vu que les Vampires, ça se régénère, je devrais pas souffrir trop longtemps. Craaac... Crac. Ça y est, il s'est remit correct.

Alors, on explore ?
Tout autour de moi volent ces majestueuses bestioles ailées -sauf celle-là là-bas qui coule un bronze-. Il y a quelques nids également dans les parois mais ils sont très rares. C'est marrant, je croyais que les Dragons pouvaient pas pondre en dehors de leurs montagnes ? Enfin, en tout cas c'est classe et c'est plutôt époustouflant comme spectacle. Je suis totalement encerclée par ces bestioles agissant dans leur milieu naturel sans avoir jamais été emmerdé par le moindre bipède.
Immédiatement, la nympho désaxée que je suis cherche du regard un hybride Dragon et soupire de détresse. Non, ici on ne trouvera que des Dragons cent pour cent animaux, de ceux qui ont un comportement de chiot méfiant. Bon, comment est-ce qu'on remonte ?

Tap tap tap... Tiens, des bruits de pas ? J'me retourne, je regarde à droite à gauche.

- Ohé, y'a quelqu'un ? Sifflais-je. Bizarre. Pourquoï quelqu'un prendrait-il la peine de venir jusqu'ici ?




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...


Dernière édition par Pandora Berger le Ven 2 Sep - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1193
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Dragon&Phénix
Seika Hōōryū
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Ven 2 Sep - 14:24

     Dans la splendeur d'un couchant se baladait une grande beauté. Un astre s'effaçait, redoublant alors sa majesté. Sa grandeur s'en retrouvait décuplée, et projetait grande ombre en sillage. Mais elle n'allait effrayer quiconque. A vrai dire, la donzelle préférait bien savourer sa ronde en un sentier égaré, baignée d'une obscurité paisible et sensible. Un rien la congédiait. Aussi n'osait-elle écharper la toile qui la séduisait. Bien qu'elle s'aimait à admirer l'horizon flamboyante. Certes elle n'avait rien à lui envier, ni sa chaleur pénétrante et rassurante qui évoquait la douceur du foyer, ni même les traits fabuleux qu'on lui prêtait également. Car la dame blanche se savait fort désirable, que trop délectable à ces prunelles populaires. Ainsi la niaise populace la magnifiait plus qu'elle ne l'espérait. Mais elle aspirait à se voir glorifier. Sans doute son maléfice l'enivrait-elle de pareilles bagatelles. Du reste, elle avait ici grand hâte d'assister à l'avènement du crépuscule.

Voilà qu'un détail insipide venait l'ennuyer. Une présence la laissant frémir. Et si la douceur d'un manteau d'ombrage venait l'engloutir et ravir, car elle s'aimait fort à admirer ces étoiles tapissant le noir firmament, elle déchantait à mesure que chutait la température. Certes le phénomène n'était saisi aux premières lueurs, mais elle s'en allait frémir et pousser soupir. Un fieffé gredin se voulait un brin frisquet. Hélas il ne lui dédiait touchante attention. Une brise malicieuse venait dont caresser sans vergogne ses chairs délicieuse. Des cuisses fort alléchantes au cou bien ravissant, elle endurait le malaise avec la bravoure qu'on lui connaissait. Quand bien même sa dépouille chétive se figeait par instants. Mais une bagatelle pareille n'allait ni l'empourprer, ni l'enjouer à s'en retourner à la chaleur du foyer. Le seul fait d'y songer l'offusquait d'aventure. Et elle doublait l'allure. Soudain fusait une pensée séduisante, celle d'imaginer une saveur divergente, le doigté d'un bellâtre.

Là, tandis qu'elle jubilait en secret, la dame blanche ne réalisait guère quel domaine elle foulait alors. Celui d'immondices si méprisables à son sens. Son vénérable gardien lui intimait dont d'éventrer la balade, afin de s'esquiver à une chute désastreuse. La belle émergeait enfin, avant de toiser l'abime. Elle se gardait bien de proférer mille injures, pester ou même s'enhardir à l'égard de la horde ardente. Mais sa haine insondable semblait déborder de ses prunelles funestes. Et l'éclat de la planète d'argent éclairait assez, par instants, la pénombre baignant ces braves gens. Certes l'astre n'allait dévoilé le péril à la pâle marcheuse, mais il était ce compagnon perçant les ténèbres de sa vision. Elle avait toute confiance en lui, si bien qu'il était ses yeux, son guide. Puis elle mandait à ce grand fou de dévaler la falaise, afin de gagner sans hâte le fond du précipice. Tandis qu'il s'étonnait de ces dires, le sourire malsain comme cette lueur de démence, renforçait la frayeurs des murmures.

L'albinos s'afférait alors à exhausser la démente. Et plus il s'enfonçait dans les entrailles de la terre, plus il fondait craintes. Sans doute craignait-il qu'elle n'aspire à troubler le repos d'une meute implacable. Il faisait bien de redoutait l'éventualité. A vrai dire, la donzelle formantait de bien fantasques désirs en ces heures où une ombre enfouie venait susurrer sa verve insidieuse à ses oreilles. Mais il voulait croire qu'elle saurait lui résister, la dénigrer et congédier. Parvenu au lieudit, son suivant déposait celle qu'il aimait porter en princesse. Puis elle foulait à nouveau cette lande poussiéreuse. La brise s'engouffrait également dans le ravin noir, comme s'il lui plaisait de harceler la donzelle. Cette dernière frémissait mais préférait éluder ces désagréables déboires, afin d'emboîter le pas à son compère. Le temps passant, la belle blanche s'évertuait à demeurer silencieuse. Malgré la démence elle faisait preuve de prudence. Soudain, voilà qu'une mélodie disgracieuse raisonnait à ses oreilles. Elle n'accourait vraiment à la source mais un belître insolent s'inquiétait fort.

« Si l'oisillon gazouille près du bastion qui gargouille, des fripouilles n'en laisseront pas même la dépouille. » Susurrait-elle, bien malicieuse, d'une voix mélodieuse.



~ The true form of the queen, the pheonix dragon, the star of chaos ~

Merci à Pandora pour cette magnifique signature ♥

Il n'est de parfum plus douillet que celui de la mort ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1339
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Ven 2 Sep - 20:08

     


Le temps s'en allait, ruisseau de fort courant entre mes doigts. Les années étaient toujours passées inexorablement, parfois d'une lenteur atroce, parfois d'une rapidité qui me désespérait. Mon fils ainé, cadeau le plus précieux qu'il m'ait été donné de posséder, allait sur ses dix-sept ans. Dix-sept ans ! Bien qu'aucun poil ne commençait déjà à pousser là et ailleurs, je ne pouvais m'empêcher de frémir à l'ardeur qu'il avait de s'émanciper. J'avais passé trop d'années loin de lui, loin de Yuroh et loin de Ruko.
C'était trop tard pour elle. J'avais perdue ma fille et le deuil ne s'achevait toujours pas mais la douleur s'estompait petit à petit. Avec la surprise de découvrir que je pouvais encore ressentir quoi que ce soit s'était joint la détresse de ne pas supporter ce sentiment. Désormais, le processus de deuil se faisait et je commençai à oublier ce qu'elle avait été.
Nous ne nous étions pas aimées. Je l'avais abandonnée, laissée devenir ce qu'elle était, une créature aussi vilaine que je l'étais, que je le suis encore. Je l'avais laissé se former, planifiant chaque heure de sa solitude histoire de, peut-être, m'en servir par la suite.
Un coup de panique, un coup de folie. La trouille d'être mère, le tout premier échec. Une vieille prédiction qui se réalisait alors et surtout, surtout, l'étonnement d'attendre quoi que ce soit de quiconque.
Pour les suivants, mes garçons, les choses avaient étés plus faciles. S'ils n'avaient pas non plus été réfléchis, au moins y étais-je préparée. Je les avais accueillie avec une douceur que je calquais sur ma mère, reproduisant le schéma qui avait été également mien il fut un temps. La maternité était à la fois un plaisir et une contrainte. Je n'aurais jamais pensé aimer, aduler! autant des êtres comme j'adulais mes garçons. Ils étaient ma folie, mon obsession. Mais je ne pouvais me permettre d'être toujours présente pour eux. J'avais besoin de liberté et, plus que tout, j'avais besoin de laisser libre court aux épanchements barbares qui étaient miens. Ils ne pouvaient pas grandir au milieu des cadavres.

Les têtes tombaient, d'un coup d'épée ou d'un soubresaut de mon pouvoir. Je m'amusais à faire fuser le sang, me trempait de ce liquide chaud. Mais, plus que tout, c'était la souffrance qui me faisait du bien. Les visages se tordant de larmes, les supplications, silencieuses ou hurlantes, pour une mort qui ne venait pas... Un bâton qui se plante dans le bras ou dans la cuisse, un couteau qui arrache la chair sur des os bien vivants. Sans massacre, je n'étais plus moi-même. Je devenais folle.
J'avais également besoin de détruire. Et par détruire, j'entends me détruire moi-même. Il était irrationnel de penser que je pouvais emporter Zwei dans un lieu où je comptais bien me faire tuer. Si j'avais besoin de rester en vie pour mes enfants, je n'avais pas non plus le droit d'être blessée sous leurs yeux.

Les quêtes vaines de ces derniers temps- Kenneth, Indigo, Maître! Disparaissaient dans un méandre étrange. Elles perdaient de leur importance. L'attachement acharné que j'avais éprouvé envers certains individus disparaissaient dans un présent plus calme, plus sage.
J'alternais mes mois entre ma famille, amputée depuis la disparition de ma sœur Izzy ainsi que de son mari que je ne nommerai point, histoire de ne pas reprendre ce nom en tête -valait-il seulement la peine d'être rappelé ? Bien que les relations n'aient jamais été aussi tendues envers Nataku. Pas que je lui en veuille de m'avoir envoyé me faire couper les membres maiiiis.... Il semblerait que si.
Et mes amants. Enfin, je m'avance en disant cela. Sin, mon meilleur ami, et Anthem... Je ne sais pas vraiment comment je considère ce type. Mais on passait de bons moments. Et par bons moments j'entends qu'on joue à la console de jeux.

Ce n'était pas si mal, finalement, que le temps passe vite. Les enfants grandissaient et par enfants, je veux dire tous les enfants. Ashley, Anakin, Merle, Urgoth... Autant de jolies promesses pour l'avenir. J'avais hâte de voir pousser les générations suivantes. Même Frozen, la fille adoptive de ma Ruko, ma petite fille en quelque sorte, s'avançait sur une bien belle voie. J'espérais pour elle que l'amertume qu'elle ressentait soit un jour transformé, par un tour de son esprit, en agissements de sombre utilité car pour l'instant... Disons qu'il lui restait tout de même du travail à faire si elle voulait survivre.

Izzy me manquait, plus même que de coutûme et je me demandais si je cherchais là une occasion de me plaindre, car ma vie ne me semblait que vide sans détresse ou si je regrettais vraiment sa présence. J'aimais ma jumelle, ne serait-ce que car nous avions, à une lointaine époque, partagées un corps unique. Difforme, cruel, laid... Etait-ce si difficile de penser qu'il n'y avait qu'elle qui pouvait me comprendre ? Oh, elle ne devait pas bien me regretter.
Qu'importe !

Je cherchais à chasser ces mauvaises idées. J'étais agréablement apaisée en ce moment. Il ne fallait pas que je ruine cela. D'ici quelques années, je serais libre d'aller aussi mal que je le voulais. Pour l'instant... Mieux valait reprendre le masque encore un peu !

Les dragons avaient toujours été ma petite préférence. Une fascination lointaine qui ne connait nulle explication. Cela ne m'avait pas empêché d'en tuer, et encore moins d'en torturer! mais je ne pouvais les voir sans en tomber amoureuse.
De là où j'étais posée, bien bas, on voyait moins. Mais pour moi, qui n'avait aucun soucis avec l'obscurité, je me débrouillais bien. Il faisait froid mais je n'en avais cure. Là aussi, être un mort-vivant aux crocs tranchants, ça aide en quelque sorte à pas choper un rhume. On voyait les dragons, plus haut, et c'était admirable. Les écailles se reflétaient sous la lune, projetant des éclats dorés, verdâtres, rougeâtres... Ils s'écrasaient dans mes yeux brulés, petites lucioles de couleur dans un sinistre endroit.
Les bestioles n'étaient pas très contentes de mon arrivée. Ni de celle de la source des pas que j'entendais. Mais elles n'attaquaient pas. Perchées sur des irrégularités rocheuses, elles nous observaient, méfiantes mais attentives. Je pris le parti de les ignorer, me retournant vers la source du bruit non draconique. Deux êtres, cela se reconnaissait à leur odeur, que je flairai car mon nez, bien qu'écrasé de nature, était entrainé par une racine lycanthrope et un passif de sauvageonne à flairer les détails, se trouvaient peu loin. J'avançais sans me presser, d'un pas léger et vagabond. Lançant une main en l'air, je laissais s'échapper un...

" Oï ! "

....Faussement amical bien que mon esprit n'était pas, à la seconde actuelle, à chercher des noises, et m'arrêta à une distance presque respectueuse. Bref, je ne les collais pas et gardais un mètre de distance. J'avais le sourire aux lèvres, qui dévoilait quatre crocs proéminents, joli cadeau de cette même racine louve évoquée tout à l'heure mais celui-ci, par nature, parlait autant défiance que faux-semblant. Héééé je ne suis bonne menteuse que lorsque je commence à croire à mes mensonges. La bouche entre-ouverte, je ressemblais à une sacrée bestiole, en attente de la réaction adverse. Elle sera décisive pour mes réactions à venir. J'aimais attaquer autant que lier amitié. Ou peut-être pas. Peut-être que ça dépend des fois en fait. Sinon, on peut me rappeler pourquoi j'ai plongé au fond de cette falaise ? Pardon ? 'Rien de mieux à faire' ? Ouais, c'était quelque chose du genre. En fait, c'est plutôt sympa, du coup, que des gens se trouvent désormais en face de moi. Je me serai sacrément emmerdée, seule, à observer des dragons durant toute une nuit... J'ai beau les aimer, sûre, au bout d'un moment, ça m'aurait tapé sur le système... Je devrais les remercier, tiens !




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1193
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Dragon&Phénix
Seika Hōōryū
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Sam 17 Sep - 13:02

     Tandis qu'elle se figeait dans la pénombre, où seul le maigre éclat de la Lune pouvait la trahir, la pâle demoiselle faillit déchanter. En effet elle manquait d'éroder sa douceur gravée aux lèvres, au demeurant accueillantes et charmantes, à la vue d'une telle bêtise la gagnait. Certes elle n'avait mandé qu'on enjoue ses dires. Mais ils la donnaient si fabuleuse et amusante. D'ordinaire on s'aimait à l'entendre se déclamer ainsi. Là elle dénotait le fait qu'on ne l'ait pas même remarqué. Sans doute l'écervelée n'avait entendu son murmure, songeait-elle. Mais alors, comment justifié le fait d'avoir été détcté alors ? La dame blanche ne savait trop quoi penser. Mais une chose lui apparaissait comme vérité, sa vision l'affligeait. Bien lasse une fois de plus, l'enfant des cendres n'allait blâmer l'impudente. Quoi qu'il lui démangeait de lui déclamait qu'elle encourait grand danger. Loin d'elle l'envie d'attiser la sottise, et de provoquer l'avalanche des périls. Mais elle peinait déjà à garder les traits doux. D'autant plus que ces manières de petites gens l'agaçaient. Quel misérable serait familier avec un dame de la haute ? Même la noblesse ne s'y osait, seul les sots et marauds s'y adonnaient.

Au moins la belle rousse se figeait à bonne distance. La bête mondaine s'était imaginé qu'elle l'aurait presque agglutinée. Voilà qui la soulageait. Certes elle n'était guère apaisée, mais elle daignait lui répondre, la saluer, bonsoir. L'étrangère n'avait pour elle d'arôme délicat, tout juste un joli minois. Il n'émanait d'elle qu'un parfum sordide, de l'hémoglobine. Sans doute cette fragrance de pestilence couvrait-elle sa nature fétide, au point d'en lasser d'aventure la dame blanche. Hélas elle ne pouvait tant dénigrer l'énergumène. Quand bien même l'estropiée se voulait désobligeante, la belle rose n'irait navrer son suivant. Ce brave compagnon s'entichait dont de la malheureuse. Et bien qu'il renvoyait l'image d'un bellâtre aussi niais et naïf, digne d'un seul morceau de viande qu'on désire consommer, ce dernier voulait croire qu'on ne lui serait ni hostile, ni vil. Il avait d'étrange cet lueur de bonté, préservée depuis moult années, et cette méfiance naturelle au combien voilée. Ainsi laissait-il sa chance à l'étrangère, quand bien même il devinait presque sa nature impie. Là il fondait craintes quand à l'humeur qu'en aurait l'hybride d'albâtre, si jamais elle l'apprenait.

Et ce sourire pouvait lui mettre la puce à l'oreille. Quelle bête hideuse lui faisait face, songeait-elle. Elle dénigrait l'affaire avec légèreté, se riant en sourdine qu'il y avait bien des abominations en ce monde. L'ironie du jour voulait qu'elle s'y comptait, sans même se l'avouer. En définitive, elle voyait l'étrangère sous un nouveau jour. Ces incivilités doublées d'une sottise grandissante lui ravivaient le souvenir d'un entité toute aussi saisissante. D'une touchante maladresse, d'une radieuse allégresse. Sa pensée attendrissait la pâle sentinelle. Si bien qu'elle avait les traits plus délicats, sublimant son joli minois. Elle paraissait dont plus délicieuse. Mais quel sinistre gredin la blâmerait de savourer sa sérénité ? Une félicité telle qu'elle daignait pardonner la malheureuse l'ayant bien offensé. Là elle succombait à la magie d'une certaine nostalgie. Certes le souvenir de l'adorable créature lui était impérissable, mais elle s'aimait fort à l'admirer qu'elle se nourrissait trop souvent de fantasmes. Seul le bellâtre plongé au mutisme ne chavirait en l'instant. Il lui incombait seul de demeurer impassible, afin de palier à la moindre éventualité. La belle souriait d'aventure.

« Belle nuit pour une ballade. » Soufflait-elle d'un timbre plus mélodieux que d'ordinaire, presque irréel.



~ The true form of the queen, the pheonix dragon, the star of chaos ~

Merci à Pandora pour cette magnifique signature ♥

Il n'est de parfum plus douillet que celui de la mort ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1339
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Ven 23 Sep - 22:08

     


« Bonsoir »

Eh bah c'est cool, une réponse ! J'aurais cru qu'elle allait m'envoyer un vent digne de faire s'envoler tous les dragons de ce recoin. Elle avait pas l'air commode, et je sentais mal ses airs... Hautains ? Non, c'était pas le mot. J'aurais été bien plus vulgaire. Eh, désolée, hein ! J'aime pas mais alors pas du tout les gens se prenant au sérieux. En fait, je crois qu'ils m’insupportent. Mais c'est pas grave, je me débrouille bien dans l'hypocrisie. Je tic, vaguement, mon sourire incertain se fige un instant dans une grimace puis reprend son aspect lisse et un peu idiot. Elle fait de même, prenant un bien meilleur aspect en exhibant un sourire presque enfantin.
Le type derrière ? Haha, il était marrant. Il avait cette odeur semblable à ceux de mon espèce... Un vampire. En retrait, comme ça ? Quelqu'un de timide ? Certainement pas un amant jaloux car il aurait avancé au niveau de sa belle. Cette histoire puait la soumission -ce qui est triste pour lui dans un sens, uh. Un ancien esclave humain changé en vampire ? Ça pouvait se jouer. Pour en fabriqué quelques uns, le genre m'était connu et il y correspondait bien. Ou un frère timide. Mais elle, elle n'avait ni la tronche ni l'odeur des vampires. Qu'était-elle ?
Toujours étudier l'interlocuteur. Des fois que ça pourrait servir lorsqu'il s'agira de le décimer...

Pas que je me sente spécialement d'humeur meurtrière ce soir, hein ! C'était même plutôt le contraire. J'étais las, un peu énervée et si je pouvais me changer les idées, bordel, je le ferais sans hésitation ! Mais la prise sur le destin est difficile à maintenir et j'ai bien été trop de fois attrapée au dépourvu pour partir avec un handicape. Ils devaient certainement être également en train de me détailler et je savais d'expérience que les phrases fusant dans leurs têtes ne devait pas être des plus flatteuses: Je prends toujours grand soin d'entretenir ma dégaine de cinglée, car on tarde à attaquer ce que l'on craint. Puis je n'étais pas comme la demoiselle ci-jointe qui s'aimait à s'afficher. Mon rang social, c'était un atout pour les coups durs. J'en avais déjà mal usé lorsqu'il s'était agi de négocier avec ce psychopathe d'Ethan McGregor, je n'allais plus refaire l'erreur. Et à l'heure actuelle, soyons francs, cette merde d'ennui qu'était un statut, je pouvais me torcher avec.

Le gars n'avait toujours pas répondu. Soit il était totalement imbu de sa personne, soit, et soyons sérieux, c'était certainement le cas, ma théorie se confirmait. J'aimais bien l'idée car, grande amatrice d'esclaves, je tombais amoureuse d'histoires semblables. Combien a-t-il dû souffrir lorsque sa vie a été retournée du tout au tout par sa nouvelle appartenance ! Les désillusions du passé, la tourmente du présent ! J'en connais qui se sont tués de ne pas être capables de s'adapter à ces nouvelles règles, ce trop plein de libertés. J'en connais également qui se tueraient pour une telle chance.
Et elle ? Sa nouvelle compagne ? Elle n'était pas sa maîtresse, loin de là. Car elle n'était pas une vampire. Cela impliquerait qu'elle l'ait fait transformer par affection, suppliant une connaissance de le changer en son égal, ou qu'il ait été transformé par un étranger pour une raison quelconque. Trop compliqué. Ce genre d'histoires, rares sans être extraordinaires, n'étaient jamais aussi tirées par les cheveux.
Il l'avait rencontrée après sa transformation et peut-être ne savait-elle rien de ses anciennes angoisses. Peut-être, au contraire, le savait-elle et simulait-elle une snobinardise grosse comme mes bouclettes pour cacher l'insécurité qui découlait d'une telle union.

« Belle nuit pour une ballade. »

J'étais bien fière de ma réflexion mais il fallut qu'elle parle. Merde, blottie dans mon petit fantasme, en sortir pour des mondanités, c'était sacrément con. Je fis cependant l'effort de revenir à la réalité.
Qu'est-ce que je pouvais répondre à ça ? Que si c'était une belle journée je serais dans la merde ?

« ... » 'C'est pas faux' ? 'J'approuve' ? 'Ouais' ? Devant ma propre indécision, je finis par exploser de rire, me rattrapant en quelques secondes pour une allure plus calme quoique désinvolte. « Sérieusement, on peut passer les mondanités ? Personne n'a envie de répondre à de telles phrases. » En temps normal, j'étais capable de tenir le coup, et je le faisais même superbement, parlant couture avec les plus grands connards de l'univers. Dans des cas extrêmes, j'avais même un proche, ami ou amant, en danger de mort à côté et je gardais très bien la face. ... Uh ? Ouais, faut vraiment que j'arrête de balancer mes amants dans la direction d'une agonie certaine. C'est peut-être rigolo sur le moment, mais après ça crée des tonnes d'anecdotes qui vous polluent le cerveau qui ralenti alors au point de devenir le cerveau-lent le moins performant du millénaire. ...Attends, il se passait quoi déjà ? Ah, oui. J'étais tentée de jouer au 'alors, t'as quoi de mieux ?' avec la donzelle, genre étaler les origines et j'étais certaine au vu de son maintien qu'elle en avait de sacrées, mais non. Cette nuit, j'étais correcte. « Je vous ai dérangé en pleine balade en amoureux, d'après ce que je vois... Navrée. » On teste, on valide ou on annule l'hypothèse du frère timide. L'autre paraissait de toute manière bien plus romantique. « Voilà ce que je propose pour me racheter; y'a ces superbes bestioles qui volent au dessus de nos têtes et y'a, dans les nids, ces jolis p'tits œufs qui à défaut d'une omelette, procurent des animaux de compagnie tout à fait décents. Seule, je me retrouverais avec la totalité aux fesses et serait brûlée vive avant d'avoir pu en chopper un. A nous trois, on pourrait être capables de se servir. »

Idée un peu conne car j'aurais pas l'utilité d'un dragon. Leur comportement, bébé, ressemble à celui d'un chiot et c'est vrai que mes chiens me manquent. Mais quand ils grandissent, ils finissent par prendre de la place -un mètre pour les plus petits à plusieurs pour les plus grands- et même si la place n'était pas le soucis -l'idée de chevaucher une de ces foutues bestioles y palliant-, je dois avouer que je n'en ferais pas grand chose. Mais le fait, obscur et cruel, de dépouiller son enfant à une mère pouvait être des plus jouissifs, rendant la douleur subie, engendrant les tourments ressentis. C'était faire payer le sort, renvoyer son karma dans la gueule de son prochain, le tout accompagné d'un doigt d'honneur. Puis, soyons sérieux, fallait bien s'occuper dans cette crevasse sans bars ou putes.

« Dans tous les cas, j'paris que vous avez des noms ! N'étant pas télépathe, vous pouvez les prononcer à voix intelligible. » Merde, marre de croiser des gens qui ne me disent rien. Allez, donzelle, comment tu t'appelles ? Et le gus, là, de quoi jouer les détectives à nouveau. S'il porte un nom d'esclave, c'est dans la poche !




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1193
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Dragon&Phénix
Seika Hōōryū
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Lun 10 Oct - 13:27

     L'euphorie de l'éternelle la donnait en transe, sa félicité se lisait sur sa belle bouche. Naguère encore, un grand coquin n'aspirait qu'à la voir succomber à pareille féérie, susceptible de lui valoir l'opportunité de se suspendre à ses lèvres qu'il trouvait bien irrésistibles. Hélas il ne pouvait ni s'y adonner, ni savourer l'admiration de la toile fabuleuse qui se dessinait sous ses prunelles de sentinelle impassible. Le bellâtre demeurait dont au silence, lui épargnant seul un soupir. Bien las, ce gredin au mutisme pesant donnait sans savoir un cachet bien risible à cette scène. Et tandis qu'il s'avérait méfiant à son égard, sa compagne ne songeait plus qu'au souvenir si délectable qui l'enjoyait depuis près d'une décennie. Soudain elle déchantait. L'énergumène éclatait de rire. Le phénomène arrachait la belle rose à sa rêverie qui manquait de l'égarer. Mais elle n'allait ni s'offusquer, ni s'empourprer. A vrai dire elle n'allait guère sourciller à l'entente de ses dires incisifs. La laide rousse n'avait tort. Et Seika se gardait bien d'étouffer un rire dans sa manche. Ce qui pourrait affliger son auditoire en effet.

D'ordinaire elle s'y serait adonnée, mais elle n'avait tout loisir de dénigrer la malade en ces élucubrations pour le moins amusantes, comme elle n'avait nulle envie d'éventrer son discours. Elle se devait de sauver les apparences. Il lui incombait seule d'affirmer d'aventure ses manières distinguées, découlant d'une riche éducation prônant un respect racial et social. Ainsi daignait-elle écouter la sinistre créature qui l'amusait de plus belle. Sans doute un mal ancien rongeait-il le cœur de cette génitrice, alors lassée d'attendre des maigres heures la pouvant seule consoler. Elle avait grand hâte d'aller retrouver sa chère et tendre. Comme elle désirait fort, en l'instant, saigner la meute qui assise à l'écart n'imaginait rien des funestes pensées proférées. L'idée d'enjouer la démence la séduisait. Là elle espérait écorcher ces misérables reptiles, mais à trop fabulait elle manquer de jubiler. Une lueur édifiante trônait alors en son regard à la noirceur insondable. Il évoquait l'abîme effroyable dont la malice savait happer l'innocence comme nul autre. Une lueur malsaine donc.

Le bellâtre en retrait déplorait que le maléfice de jadis puisse encore l'enlaidir à ce point. Il avait grand foi qu'elle embrasserait la bravoure du parent, ou tout du moins qu'elle ravive la flamme d'espérance pouvant chasser ces ténèbres abjectes. Cette figure obscures n'était elle, du reste. Aussi la plénitude engendrée par le souvenir d'une petiote angélique savait balayer l'horreur qui l'envoûtait. Hélas elle semblait diablement hésiter. Si bien qu'elle arborait d'aventure ses traits délicats au joli minois. Mais elle soufflait mots avec ce même air insidieux et malicieux qu'aux premiers instants. Certes elle n'avait pas la moindre utilité d'un nouveau familier, d'autant plus qu'elle vouait une haine absolue à ses congénères. Mais elle voulait croire que pareille immondice lui vaudrait bien quelque chose, si jamais elle en ramenait un spécimen aux bandits locaux. Là elle s'imaginait en retirer une bourse copieuse pour sa vente même illicite. Du reste, elle allait évoquer une institution aussi fameuse qu'intrigante, une foire pouvant plaire à sa progéniture. Sans doute l'y emmènerait-elle un beau jour.

« Je me nomme Seika et voici Shin. Je dois avouer que ce petit jeu s'annonce trépidant, au moins autant qu'un spectacle du cirque de Sombrebois. Du reste, une échappatoire sûre et immédiate semble de mise après cela; comment pensez-vous procéder ? »



Spoiler:
 



~ The true form of the queen, the pheonix dragon, the star of chaos ~

Merci à Pandora pour cette magnifique signature ♥

Il n'est de parfum plus douillet que celui de la mort ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1339
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Lun 10 Oct - 17:44

     
Nope:
 



« Je me nomme Seika et voici Shin. » Shin. Comme mon oncle maternel. J'aime bien ce prénom. Lui, je l'aime toujours bien. Il n'a rien fait, rien dit, il est calme, silencieux. Hé, que demandez de plus ? Une petite bouille trop mignonne. Je sais, je sais ! De toute manière; c'était obligé que vous m'en fassiez la remarque... : Des comme lui, j'en ai déjà pleins à la maison ! Mais celui-là me plaisait tout simplement. Je trouvais ça rassurant d'avoir un genre de vivant que je reconnaissais, une catégorie que je pouvais analyser sans trop de soucis, près de moi. Contrairement à l'autre qui m'apparaissait bien antipathique. Pas que je sois du genre à apprécier n'importe qui, c'est vrai, j'chuis même plutôt difficile selon mes propres goûts. Et agir faux-cul ne me posait pas le moindre problème pour l'instant. Mais je n'appréciais pas trop... Heu, comment dire ? La tronche de la donzelle n'a rien de confortant. Je me demande même comment on peut tirer la gueule à ce point. Elle me fait penser à ma sœur, tiens. Avant que celle-ci ne disparaisse, ça va de soi. « Je dois avouer que ce petit jeu s'annonce trépidant... » Hé, tu vois. J'ai même une petite idée de la personne à qui j'allais offrir le présent. Non, à vrai dire, j'ai beaucoup de candidats. Je suis loin d'être égoïste et assez de personnes me tiennent actuellement à cœur pour mériter un animal de compagnie de cette stature. « ...Au moins autant qu'un spectacle du cirque de Sombrebois. D▄▄ste, ▄▄█▄ppatoir█▄édiat█le de mise ████▄rès ce████nt pensez-vo▄▄▄▄▄▄? »

Je dois avouer que je n'ai pas entendu la suite. Bloquée, immobilisée et fracassée contre le mur d'une histoire que j'avais jetée à la poubelle, je me retrouve à m'étouffer dans ce dépotoir de souvenirs. Une chanson, lancinante, délurante, me tourne dans la caboche, me bouffant la raison à coups de crocs de rasoir.

Lorsque les cloches sonnent
Et que la chanson résonne
Les citoyens
Se pressent en chemin...

...Ah... Ah la blague. 'Trépidant'. Le mot était on ne peut mieux choisi.
Un rire paniqué couvre ma peur, la lueur de terreur qui m'étreint soudainement. Je chasse le malheur, les applaudissements et les pleurs et le regard de la foule de spectateurs me juge une nouvelle fois. Mes pieds me blessent, au point que je trébuche. Me rattrapant in extremis, je relève vers eux un visage blafard.

« Pardon ? » En plein dans le point faible. Je respire vite, bien trop pour quelqu'un n'en ayant pas besoin, mais la situation réapparait telle qu'elle l'était. Les visions d'autrefois la bouclent, ne serait-ce que le temps nécessaire pour que je réalise mon ridicule. Les mots ignorés reviennent, je bredouille le reste. « Ah, heu... Je... Je suis télépa- télékinésiste. C'est bon, je peux remonter sans soucis. » Des soucis, j'en avais plein la tête, là.

...Un cirque difforme
Dans votre région fait son entrée
Il n’est pas morne
Quand bien même un peu vicié...


Comment combattre cette angoisse, survenue au moment où j'étais sans défenses ? Je chasse tout cela, ou du moins, essaie de mon mieux. Cet air, le mien, si peu assuré... Cache autre chose. La mélodie revient avec plus d'ampleur, je retrouve les chaînes de mes poignets et le désespoir de cette époque. « Parce que ça vous amuse... » Un murmure haineux qui m'échappe, un ressenti immense, un mépris total pour les personnes auprès de moi ainsi que pour l'intégralité des vivants de cette planète. Je suis à nouveau seule et à nouveau perdue, enfant sentant la vie la quitter au sein d'une cage brillante. Le peu de recul qu'il m'ait jamais été donné d'éprouver se transformant en compassion pour cette moi d'il y a trois siècles, celle qui n'était déjà plus ignorante de ce monde écœurant et des misères l'accompagnant. Au final, pas d'apaisement, seulement un auto-apitoiement plus large que je ne l'aurais cru, un océan de tourment baignant dans une plage de mal-être. D'un geste sec, je m'agrippe à la roche à côté de moi et tente de me concentrer. Des rires, des paroles. Une vaste blague, un amusement certain que la mort qui régnait à cet endroit ! Cette vieille roulotte pourrie !
« Si vous avez... » Je me mords la langue, le mal m'aide un peu à revenir à la réalité. « Si vous avez pu descendre jusqu'ici... Vous savez certainement y remonter, non ? Vous saurez voler plus vite qu'un dragon ? Si oui, il y a un nid juste devant nous. » Je le pointais du doigt. « A huit mètres de haut, là. De là où je suis, j'aperçois bien trois œufs. Qu'attendons nous ? »

...Penseriez-vous
Que parmi vos rires d’effroi
Ce qu’on entend, nous
Sont nos enfants qui pleurent tout bas
|Hymne de Sombrebois, Berceuse Cauchemardesque




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1193
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Dragon&Phénix
Seika Hōōryū
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Jeu 20 Oct - 17:21

     Outre l'immondice qu'elle pensait commettre sans vergogne, à savoir dérober la portée d'une pauvre génitrice ignorant tout de l'affaire, la pâle demoiselle jubilait à l'idée folle de convier sa propre petiote à un spectacle des plus risibles. Là elle se riait déjà de ces abominables artistes qu'elle trouvait des plus ridicules. Et le murmure de démence lui susurrait qu'il serait enjoyer la belle enfant. Mais elle se fourvoyait tant, et délirait tout autant. Puisque la jeune jouvencelle n'étaient de ceux qui accablaient les misérables, ni des gens se riant d'une laideur sans nulle valeur. Ainsi demeurait-elle le spectre adorable d'une gente dame passée. Si bien que l'exquise hybride ne réalisait prestement le déboire de l'énergumène, la pouilleuse, la sauvageonne. Cette dernière semblait succomber à l'horreur d'un malaise intérieur. Le bellâtre avait songé à ces dires ayant maintes fois rebuté le populisme. Sans doute craignaient-ils d'y atterrir, dans l'arène et ses geôles infernales. Mais il ignoraient tout de l'envers du décor, de sa cruauté comme sa bonté. Lui ne songeait qu'à préserver des affres de la démence une certaine créature.

Et il lui apparaissait plus qu'évident que la laide rousse vivait la houle. Il n'allait hélas s'enquérir de la malade pouvant s'évanouir, voir dépérir sous son regard impassible. A vrai dire, ses carmines gamines demeuraient méfiantes. La transe de la vagabonde redoublait ses craintes. Si bien qu'il s'avançait enfin, venant épauler sa dame. Il l'aura bien dépassé, afin de lui faire grand dos et d'exalter l'apparence d'un rempart à l'adversité. Mais elle n'avait nul besoin de pareil égard. Du reste, le beau geste aurait pu effaré la roussette. D'aucun d'eux n'allait l'agresser. Et la confiance ne semblait de mise, une pensée si friable en cette heure. Là tandis qu'il semblait plus glacial, bien qu'invité à la danse insidieuse où il avait grand foi de voir s'évanouir le supplice de la malheureuse; sa compagne apparaissait bien joviale. Le phénomène attisait sa malice. Elle savourait sans vergogne la délectable souffrance de sa camarade d'infortune. Le tout à l'abri d'une trogne hypocrite, au demeurant vénérable. Seika était dont fort amusée. Au point d'en vouloir d'avantage. Mais il lui incombait seule de s'adonner à la diversion propice au larcin. Un périple qu'elle désirait fort.

« Que la fête commence ~ » Susurrait cette sensuelle demoiselle, bien émoustillée sous ses airs coincés.

A la croisée des regards, la belle rose venait chuchoter à l'oreille de son bellâtre. Là elle lui mandait de faire barrage à un regard empli d'envie ou même opportun. Il saisissait ce qu'elle planifiait. Aussi la laissait-elle s'évader à la vue de l'autre énergumène, afin de voiler sa silhouette par sa carrure plus épaisse. Elle ne manquait à cet effet d'effleurer sa chair de ses lèvres irrésistibles. Une ultime malice avant d'éluder l'envie folle d'agglutiner leurs dos. L'albinos enjouait-là leur partenaire de méfait de sceller ses prunelles, tandis que la dame blanche laissait choir son bel ensemble. Avant de s'avancer à l'horizon, toute éclatante. Un halo saint baignait son enveloppe séduisante et frêle, aveuglant qui l'épiait. Et de sa radiance édifiante, pouvant déjà affliger ces horreurs ailés, en plus de les agacer, jaillissait un colosse à la majesté certaine. La scène avait tout d'une toile de renommé. Elle arrachait aux ténèbres leurs protégés, afin d'incendier leur prunelles par son plumage étincelant. Avant de proférer un grondement, si puissant qui allait enhardir la horde toute entière, pouvant fonde dans un torrent de flammes éternelles. La bête se soulevait de tête avec grâce et élégance, afin d'attirer à l'écart la racaille écailleuse. Elle s'adonnait alors à une voltige chatoyante, narguant ses détracteurs.



Spoiler:
 



~ The true form of the queen, the pheonix dragon, the star of chaos ~

Merci à Pandora pour cette magnifique signature ♥

Il n'est de parfum plus douillet que celui de la mort ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1339
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Sam 22 Oct - 17:21

     


La mélodie continue et les cloches me sonnent à un point peu imaginable. Mais la réalité revient, floue, dispersée, mais bien présente. Je suis heureuse de la retrouver et de m'y raccrocher. La haine, soudain privée de ces visions, ne trouve plus le moindre exutoire sinon ce qui est présent sous mes yeux.
Je redeviens petit à petit moi-même. Mes doigts brûlés effleurent la pierre à laquelle je m'accrochais quelques secondes auparavant, je récupère mes sens un à un.
Où en étais-je...

Dans ce moment d'égarement, un plan s'est dessiné, si frêle qu'il n'est pas encore tout à fait présent dans ma caboche. La suite de mes pensées, le cours logique de mes dessins. Oui, je m'en rappelle, maintenant. Je me disais à quel point cette pauvre chose glaciale était dispensable. Ou plutôt, à quel point il était malheureux qu'un être ayant très certainement tant souffert se retrouve perdu dans une relation d'ignorance à sens unique. Ces amours déséquilibrés, je dois avouer que je ne les avais pas tant connus. Il m'était facile de rendre l'affection, ne serait-ce qu'en apparence et que pour un temps et lorsque je cessais de la donner... Ils mourraient.
Ils se chuchotaient à l'oreille et je ne prenais pas garde de vérifier ce qu'ils disaient. Même la marque d'affection entrevue à ce moment-là ne me fit pas changer d'avis. Hé ? Il fallait bien cela si elle souhaitait le garder. Qu'on ne me parle pas d'affection, je connais la manipulation. Oui, le pauvre, il devait subir la vie de manière si sordide...

Un petit sourire sardonique m'échappait alors que je reculais, pâle réflexe dû à mes mésaventures avec le feu. La voilà changée, un piaf géant, ou quelque chose y ressemblant, sacrément enflammé. Comment une fille ayant aussi chaud aux fesses pouvait être si frigide ? Elle s'envole, commence à faire chier les dragons. La plupart répondent, voir presque tous à première vue. Ils s'envolent, la suive ou plutôt, la course. Qu'importe qu'elle se contente ou non de leur réaction, cela doit amplement lui suffire pour être concentrée sur eux. Un moment d’inattention, avec X dragons au dersh, ça n’amène pas très loin. De la glace crachée dans la gueule et pas sûr que le piaf flambant tienne bien longtemps. Reste moi et le gus. Huit mètres... Qu'il soit vampire ou hybride grenouille, ça ne sera pas faisable. Pourquoi l'a-t-elle laissé en plan ? Croyait-elle vraiment que grâce à elle la voie serait libre et sans danger ? Elle espérait qu'il grimpe de ses petites mimines ou que je le hisse ? Son plan... C'était quand même pas d'espérer que je lui balance les œufs pour qu'elle revienne chercher tout le monde après coup ?

Bah ! On a qu'à faire comme elle le souhaite, hein ? Ma résolution, je la dois à la mère visée. Cette dernière ne s'est jamais éloigné bien loin de son nid. Faisant d'abord mine de s'en aller, elle était revenue à tire d'ailes. Faisant face et ne quittant pas des yeux son adversaire ailée, elle ne nous regardait pas mais pourrait agir bien vite s'il arrivait quelque chose à la couvée. Son allure en dit beaucoup sur elle. Rapide, nerveuse, intelligente. Ses écailles brillent comme le reflet du soleil sur la rivière. Une dragonne d'eau. C'est mon stage auprès de la petite Yuri qui paye. Je m'en félicite même si elle m'a valut quelques ennuis par la suite. Eh bien c'est parfait ! De quoi se plaindre ?

Je monte les premières pierres, doublant le vampire que je laisse sur la terre ferme. J'ai déjà réfléchi bien trop longtemps et la nuit s'étiole. Il est temps de finir l'affaire car tout est prêt.
Il n'est pas difficile de grimper lorsque la télékinésie me hisse. Je ne m'accroche que par aisance, car je vais avoir besoin de me lâcher d'un moment à l'autre. Il me faut me concentrer sur autre chose. En quelques secondes, je suis à quatre mètres du nid. Assez pour apercevoir clairement les œufs et... Les déplacer. J'arrête de me soutenir et tombe, m'agrippant aux pierres tant que je le peux, je glisse pourtant d'un bon mètre et m'écorche sur le mur. Mais les œufs sont sous mon contrôle. Sur les trois, deux décollent, flottent un instant, se plaçant dans le vide. Pas de bruits sinon ma chute, qui n'a heureusement pas alertée la mère, cette dernière observant toujours, méfiante, la phénix faire de son mieux pour faire la diversion. Il ne faut qu'un instant pour que j'écrase le premier contre le sol, pas loin des pieds du vampire et l'autre atterrit en douceur auprès de lui. La coquille brisée du premier révèle un frêle cadavre.
Je laisse le troisième en place et m’enfuis au plus vite, remontant la pente en urgence. En sécurité au dessus de tout ce beau monde, je me permets un dernier coup d’œil vers le bas.

Au moment où l’œuf s'est brisé, la mère a poussé un hurlement terrible, sans même avoir observé la scène. Elle se retourne, blessée et ne trouve plus qu'un seul de ses fils dans le nid, œuf intact et bien vivant. Sa gueule glisse vers le sol, les fragments éparpillés, le bébé subtilisé et le vampire. Elle fonce vers lui et atterrit brutalement. Elle lui fait face, furieuse.

Je pensais être un peu plus fière de mon crime. Ce n'est pas le cas. J'aurais aimé pouvoir en épargner un de plus, la cruauté de la situation me rappelant la mienne. Mais, après tout, pour l'acte désintéressé que j'effectuais... Je ne pouvais pas faire cette omelette sans casser des œufs, oui, c'est le cas de le dire.
<< Tu me faisais de la peine à être ainsi traité. >> Je murmure, pour moi, par rapport au jeune vampire. << Laisse-moi abréger tes souffrances. >> Ça ne va pas faire mal, ne t'en fais pas. Tout disparait très vite pour laisser la place au néant. Je le sais, je l'ai vécu moi-aussi. On brûle comme une brindille séchée. Quelques secondes, et puis plus rien.
Dans l'idéal, j'aurais fait en sorte de m'assurer que la frigide ne puisse venir à son secours. Après tout... Qu'est-ce qu'un plan s'il n'est pas complet ? Mais je n'avais aucune envie de me retrouver avec les dragons au dersh ni même l'autre nana. En fuyant maintenant, j'évitais les ennuis.
Puis, soyons clairs, il faudrait qu'elle soit bien rapide pour venir à son secours. Et se poser alors qu'on vient de narguer les dragons, même en imaginant qu'elle ait pensé à surveiller son jouet d'en haut, c'est se jeter dans un guet-apens. Ils ne les cerneront que trop vite.
Pour ma part, j'éprouvais du regret de ne pas assister au spectacle alors que je courrais sur une bonne distance avant de m'arrêter puis me mettre à marcher normalement. Non... Je ne suis pas lâche et je ne fuis pas. Ce n'est pas le terme adéquat. Hm ? 'Je quitte la scène au moment du grand final' ? Voilà, bien mieux. Fi des œufs, entre nous, je n'en avais nullement besoin. Je ne pense même pas en avoir eu jamais envie. Ce qui m'intéressait était de passer le temps et, je dois avouer, j'ai été plutôt bien servie.




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1193
Age : 26

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Dragon&Phénix
Seika Hōōryū
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   Mar 22 Nov - 19:47

     Dès lors que le majestueux volatile offrait grande diversion, les deux lascars demeurés à terre pouvaient s’adonner à leur besogne. Hélas il en avait un qui ne semblait pas décidé à y prendre part. Figé au bas de la falaise, l’albinos se contentait de laisser flâner ses carmines gamines, véritables prunelles de sentinelle impassible, à l’égard de l’énergumène qui se soulevait de terre par magie. Il avait l’habitude de ces congénères pouvant se porter en flottaison mais il n’en connaissait qu’une douée d’ailes. Si bien qu’il la voyait en aberration fabuleuse et l’idéalisait telle une nouvelle étape de l’évolution. Mais alors qu’il demeuré rivé sur la vilaine, cette dernière se jouait de lui, ou plutôt de sa maîtresse qui encourait grand péril dans les cieux. La sainte dragonne ignorait l’affaire odieuse et bataillait diablement pour s’accaparer l’entière attention de la horde, qui évadée des crevasses ne manquait pas d’assombrir le ciel. Même l’éclat de la planète d’argent n’illuminait plus grand-chose. C’est dont que la misérable pensait pouvoir abuser ces gens en toute impunité, bien à l’abri d’une noble bête au pelage neige et de sa fureur. Mais elle se fourvoyait et pouvait bien compter sur la venue d’un autre colosse incendiaire, la mère de la couvée qui fondait en hâte à sa portée.

Le molosse gargantuesque apparaissait aveuglé par la rage. Le bellâtre pensait s’en défaire e lui rendant la dépouille de sa progéniture, projetée à vive allure. Une diversion des plus lâche certes, mais il n’avait tant l’envie de finir en cendres. Là il ignorait la nature véritable de cette créature. Du reste, l’ordure du jour profitait de la confusion pour s’évader à ces gens. Elle devait s’imaginer qu’on ne s’élancerait jamais à sa poursuite. Et puisqu’il n’avait pas d’œuf dans les bras, en plus de s’enfuir à son tour, nul doute que la mère saisirait quel maraud véritable comptait lui porter préjudice. Voilà sa pensée, s’effacer tandis qu’il rendait la pareille à sa compagne d’infortune. Le bougre aurait bien endigué son méfait mais il avait estimé qu’elle pouvait lui être supérieure, en plus de se fourvoyer à son compte. Si bien qu’il lui laissait tout loisir d’échapper au péril qu’elle s’infligeait, l’acte lui ayant servi à filer en douce également. Et quand bien même la bête belliqueuse le pourchasserait encore, dans sa grande sottise, la belle blanche finirait bien par remarquer la fâcheuse posture dans laquelle il était.

Avant de fondre dans l’abime, s’insurgeait aux abord du détracteurs à son insu et de lui asséner un coup puissant de queue pour qu’il aille se briser au flanc de rocaille. Puis elle l’attraperait au vol, entre ses serres à demi refermées. Afin qu’il puisse se hisser à son encolure. Elle n’omettait pas la flopée de fous furieux qui la filait. Bien qu’elle demeurait plus véloce et agile, la belle bête avait grand peine à semer ses vilains. Certes elle voyait diminuer leurs rangs, mais elle craignait que la poursuite s’éternise. Sans doute ces canailles estimaient-elles, de par leur nature arrogante et tactiques ancestrales, qu’une horde d’innombrables n’était nécessaire à la capture d’une proie seule. L’éternelle s’imaginait que ces pouacres s’en retournaient à leur tanière en vue de défendre leur progéniture d’éventuels opportunistes, qu’ils soient braconniers ou simples prédateurs friands d’œufs. Du reste, ces grands reptiles la pourchassaient depuis des lustres déjà. Si bien qu’ils apparaissaient tout aussi infatigables qu’intrépides. Et l’inlassable pulsion qui reluisait en leurs prunelles de marauds intimait assez l’instinct primitif de prédation. Il lui paraissait dont bien intolérable d’avoir à sillonner les cieux sans relâche.

Aussi songeait-elle à se défaire de ces gredins prestement. Là au large des côtes elle pensait pouvoir abuser leurs esprits dépassés par son intellect quel imaginait bien supérieur. Mais elle se fourvoyait. En effet, la Nature faisait bien les choses et même des êtres aussi sots savaient faire preuve d’ingéniosité et redoublé d’intelligence en des instants stupéfiants. Là était la splendeur du règne animal, que seules des bêtes n’ayant pas tant évolué savaient entretenir et dévoiler à la face de leurs prédateurs ignares. Les dragons surprenaient dont l’aberration génétique, qui peinait à leur tendre des traquenards improvisés. Ces colosses s’adaptaient à la stratégie et manquaient de laminer ses projets. Hélas pour eux, leurs réflexes aiguisés alliés à leurs facultés fabuleuses ne leurs épargnaient guère les modestes blessures qu’ils venaient à essuyer. Si elle n’avait tout loisir d’écorcher vifs ou d’incendier ces misérables, puisque son souffle n’avait d’autre utilité que d’endiguer les leurs, la dame blanche pouvait ceci-dit semer la confusion dans leur bande et fondre de manière imprévisible à ces créatures qu’elle accablait de ses serres acérées.

Ces griffes pourpres s’élançaient à vive allure afin de déchirer la membrane des ailes, et ainsi voir dégringoler ces canailles, en plus d’acculer de cécité virulente une à deux victimes. Bientôt la nuée d’ennemis passait d’une presque dizaine d’assaillants à quelques trois lascars. Des couards avaient-ils fui la petite furie ? Ou bien s’étaient-ils égarés au bosquet comme à la mer blanche que la belle s’aimait à arpenter ? Nul n’en saurait rien, le bellâtre s’attelait trop à aiguiller sa monture qui mettait tout en œuvre pour s’esquiver au mieux à ces assauts incessants. Là il reconnaissait la témérité édifiante de cette femelle, bien qu’elle demeurait la proie d’un maléfice qui se jouait d’elle en ces heures sombres. Le sinistre ballet attisait dont la démence qui rongeait sa dulcinée, voilà sa pensée. Mais s’il y était impuissant, il éludait cet état de fait dans l’optique d’être une sentinelle plus performante. Et il était aux aguets, le bougre. Il était ses yeux lorsqu’elle détournait le regard de certains poursuivants, de même que sa voix commandait le volatile avec tant d’aisance qu’ils semblaient ne faire qu’un. Cette alliance justifiait la résistance acharnée et salvatrice de ce duo insolite.

La fatigue se faisait pourtant sentir. Elle se voulait plus pesante au fil des efforts. Seika refusait hélas de se ménager. Car si elle n’avait que faire de périr, quoiqu’être dévorée l’ennuierait fort, l’emplumée préservait son semblant de lucidité avec l’image d’un péril encouru par son compagnon. Ce dernier lui suggérait maintes fois de se séparer en un lieu propice à sa stratégie, diviser pour mieux régner disait-il. Mais elle faisait mine de ne rien entendre. Certes il l’avait sauvé, voilà bien des années, d’un de ces pachydermes. Mais elle avait grand peine à le voir en réchapper cette fois-ci. Elle-même sentait ses forces s’évanouir peu à peu, elle se faisait violence pour conserver l’allure et peaufiner ses manœuvres évasives. Les trois braves qui la coursaient encore l’obligeaient à donner du crédit à l’albinos. Ainsi tandis qu’elle faisait voile vers l’île verdoyante, la bête à la robe d’une blancheur immaculée s’engouffrait dans une forêt luxuriante. Il y en aurait bien un pour l’y suivre et s’égarer, voire s’enliser dans cette végétation des plus dense.

Elle y piégeait un malandrin avant de lui asséner un puissant coup de masse à l’aide de sa queue. Elle mettait à bas sa proie sonnée pour quelques instants où elle pouvait souffler, un répit qu’elle devait à la diversion de son comparse qui avait su attirer l’attention de la créature. Et puisqu’il restait plus d’un maraud sur ses traces, la belle blanche ne pouvait se permettre de retrouver forme humaine. A vrai dire, son égo en désirait d’avantage. Ce petit manège lui apportait tant d’adrénaline qu’elle en jubilait. Son compère craignait qu’elle ne succombe d’avantage et commette un faux pas. Il lui confiait dont ses inquiétudes et la chevauchait d’aventure. Là elle se soulevait de terre et délaissait sa victime, comme cet environnement que le populisme pensait hostile. Elle s’attirait à nouveau l’attention des patrouilleurs envieurs de bonne chair. Elle bénéficiait cela-dit d’une certaine avance sur ces gros balourds, bien qu’ils avalaient la distance petit à petit. La nervosité était de mise.

Seika les isolaient de leur compère, si bien qu’elle diminuait leurs chances de réussite. Là voilà qui gagnait le grand espace aride. Elle prenait grand soin à contourner le ravin où naguère elle avait provoqué ces filous. Afin de ne plus ajouter à ces horreurs ailées déjà trop insistantes à son goût. Son semblant de raison lui laissait saisir, enfin, quel bienfait lui prodiguait son camarade. Le brave chevalier ancrait ses crocs dans sa chair, tendre au cou mis à nu, avant de lui injecter son nectar lui rendant un sursaut de vigueur. Il apaisait ainsi depuis peu sa fatigue pesante. Son œil de rapace distinguait au loin l’antre des richesses que des misérables osaient arracher à la terre, une mine au réseau de galeries tentaculaires qui plongeait ses racines profondes loin sous la surface. Parvenue au lieudit, une radiance notable la baignait toute entière. Elle inondait les ténèbres de cette gueule fort peu béante. Et si l'atterrissage n'était des plus réussis, elle s'estimait heureuse que son bellâtre l'ai enlacé afin de lui épargner quelques égratignures voire une commotion due à la collision avec un sol bien rude. Au moins il n'y avait de hurlement ou de gerbe de flamme pour gâcher l'instant savourant, touchant.



Spoiler:
 



~ The true form of the queen, the pheonix dragon, the star of chaos ~

Merci à Pandora pour cette magnifique signature ♥

Il n'est de parfum plus douillet que celui de la mort ~ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des EFFin Dragooons !! (Pv)   

     
Revenir en haut Aller en bas
 

Des EFFin Dragooons !! (Pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastica :: Cité du Feu :: Faille Naturelle-