Partagez | .
 

 Boum badaboum? (Elana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Boum badaboum? (Elana)   Mar 11 Oct - 16:42

     
L'élevage d'hybrides, c'est un peu le magasin des riches. Depuis la chute du continent il y a plusieurs années, la population a connu de grands changements. D'abord résidu des plus faibles catégories, ce qui restait de ces terres se retrouvait uniquement peuplé des brigands, des esclaves indésirables et des pires rebuts qui soient, ces derniers ayant été incapables d'évacuer. On les repoussait à l'entrée des bateaux, des avions, qui partaient pour la salvation. Des mères désespérées, des enfants hurlant de terreur, le spectacle n'avait rien de grandiose. Alors que le sol tremblait, que la lave ravageait la terre de la Cité, l'étouffant à jamais, le silence mis fin aux supplications.

Dans cette région, il n'y eut aucun survivants dans ceux qui furent oubliés. On ne pouvait échapper aux volcans entourant l'endroit.
Certaines choses, plus viles que d'autres, se retrouvaient annihilées par la nature revêche. Gaïa, coléreuse, avait rejeté sa haine sur les monstruosités que les castes les plus hautes avaient crées. Les centre d'élevage en faisaient parti.
Pendant un moment, il n'y eut ici plus d'injustice. Des hordes de vandales sillonnaient la région, pillant et tuant ce qui pouvait encore l'être, mais la barbarie gardait des limites. Plus un seul être ne se retrouvait coupé, tranché, dévoré vif.
Jusqu'à peu.

Lorsque le centre d'élevage avait réouvert, la population n'avait rien dit. Les castes moyennes avaient recommencés à s'installer et leurs besoins en nourriture justifiait l'acte. Là encore, le principe était connu, le même, toujours et sans cesse. Les plus forts mangeant les plus faibles, les plus faibles savamment cuisinés pour le plaisir des plus forts. On triait les hybrides, ces semblants d'humains sinon les attributs d'animaux -oreilles, queue, griffes et crocs et on gardait les meilleurs, laissant les rejets mourir naturellement de faim. Ceux qui semblaient les plus appétissants étaient élevés, c'est à dire reproduits massivement, et les enfants, dès leur sevrage étaient vendus à quiconque pénétrait le lieu avec assez d'argent pour en acheter. Des bipèdes, conscients et craintifs, privés depuis toujours d'un mot confiant, d'un geste affectueux, destinés à nourrir les castes carnivores, sanguivores ou tout ce qui se retrouvait capable de les utiliser. Les lycanthropes, les vampires n'étaient qu'une partie du marché visé. Les cadavres servaient par la suite aux nécromanciens, qui ne prenaient pas toujours la peine de rechercher les morts pour leurs expériences. Si on voyait maintenant quelques scientifiques revenir sur le continent, ils étaient plus que contents d'avoir un endroit où se fournir en cobayes. Quant aux Orchids, ils se servaient copieusement dans l'élevage, prostituant leurs achats pour installer leur réseau.

La journée était magnifique et le soleil abîmait les yeux tant il brillait. Quarante degrés à l'ombre et les climatisations d'autrefois anéantis. Oui, il faisait même un peu trop beau pour que cela soit plaisant. Mais Indigo ne s'en plaignait pas. Mort depuis longtemps, le froid ou le chaud ne lui faisaient pas le moindre effet. De retour pour peu de temps sur son continent natal, il observait et visitait, intrigué et toujours surpris de la vivacité qu'avaient les monstres pour reconstruire un lieu dévasté. Cela offrait du travail, cela offrait de la motivation. Les catastrophes devenaient une bénédiction, une occasion de tout refaire en mieux, avec un meilleur rendement, une plus grande cruauté... Après tout, qu'importaient les vies des esclaves ? Des sous-êtres qu'ils dominaient ?
Il se posait véritablement la question.

Plutôt enjoué malgré l’atmosphère sordide et les cris d'agonie qui s'échappaient des immenses barrières empêchant l'accès au lieu sans identification préalable, il s'adonnait à sa contemplation. On ne voyait pas grand chose, d'ici, à plusieurs mètres du portail du centre d'élevage mais il s'imaginait très bien ce qui s'y passait. Un instant, il fut pris d'une terrible envie... Rentrer ? Tout dévaster ? Lui n'avait rien à perdre après tout. Mais seul, cela n'aurait rien d'amusant. Quel dommage de ne pas être accompagné ! Mais ses amis actuels n'auraient pas servis à grand chose. Zune... Aurait très bien pu jouer le jeu c'est vrai mais il était justement à sa recherche donc c'était hors de propos. Turold ? Trop pleutre. Anthem ? Il ne comprenait rien. Nadia...? Elle ne quitterait pas Dreadful. Non, sur ce coup, il n'y avait que lui.
Quel dommage ! N'y avait-il donc pas la moindre princesse guerrière vouée à l'aider en sa noble tâche ? Lourd soupir de sa part ne cachant pas son dépit. Ou prince, en fait. Il s'en fout, hein, il n'est pas compliqué sur le genre quand il s'agit de faire des conneries. Puis pour une fois que c'est pour sauver des vies et non en tuer, ça serait bien que le destin soit sympa ! Allez, quelqu'un qu-

Okay. Il gagnerait à se plaindre plus souvent car ses lamentations venaient d'être exaucées. Et tant mieux car il allait commencer à paraître idiot à fixer l'agencement de bâtiments en gémissant ! Une demoiselle, bien belle de surcroit mais ça n'allait pas aider ou gêner les choses -bien que cela fasse toujours plaisir à la vue, remarquez- qui débarque ainsi ? Sur son chemin, elle avance, et s'éloigne même, dans une piste parallèle à la sienne. Avant qu'elle ne soit hors d'atteinte, il la rattrape en courant, stupidement hors d'une haleine qu'il ne possède plus.
<< Attends !! >> La meilleure façon d'aborder une fille solitaire. Mais s'il était connu pour son éloquence, il ne serait pas là à l'heure qu'il est. Le temps de la détailler de bas en haut. Elle n'a définitivement pas l'air commune. Tenter sa chance ? Pourquoi pas. Il y alla franchement. << Tu me files un coup de main pour être héroïque, libérer des esclaves, tout ça ? >>




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Mar 11 Oct - 18:10

     J'avais repris ma route solitaire, errant sans réel but dans ses terres désolées.
Ce jour-là, il faisait une chaleur à crever... 40 degrés à l'ombre et un soleil de plomb au-dessus de ma tête qui dardait sur moi ses rayons. J'avais retiré ma cape, mais je ne possédais pas d'affaire de rechange... Et en plus j'étais vêtue que de noir. J'avais terriblement chaud, mais malgré cela je continuais d'avancer. Perdre une seule journée de liberté, surtout à cause de la chaleur ne me semblait même pas envisageable.

Je marchais donc, quand je commençais à entendre des cris, des hurlements de souffrance et de désespoirs. Mes oreilles fines m'indiquaient que cela venait de devant moi. Je pressais le pas et découvrit un étrange bâtiment. Des clôtures en empêchaient l'entrée, cela ne m'aurait aucunement empêcher d'entrée si je l'avais voulu, mais je ne trouvais rien d'intéressant à ce bâtiment. Les cris de souffrance ne me plaisaient et m'intéressaient que lorsque j'en étais la cause.
Je repris donc ma route.

-Attends !! S'écria alors une voix derrière moi.

Je fis volte face et découvrit un étrange jeune homme, ses cheveux étaient de différentes teintes de violet, ses yeux aussi étaient violet. Il semblait différent, mais avant que je puisse approfondir ma pensée, il reprit.

-Tu me files un coup de main pour être héroïque, libérer des esclaves, tout ça ?

Je tournais la tête vers le bâtiment, c'était donc à ça qu'il servait, un entrepôt d'esclave. J'étais bien loin d'avoir un flamme héroïque en moi, mais je détestais l'esclavage ayant moi même été en quelque sorte une esclave durant 25 ans... Cela ne me donnait pas spécialement envie d'aider les autres mais je n'avais rien à faire aujourd'hui et mes muscles avaient bien besoin d'un peu d'exercice. De plus, il ferait peut-être moins chaud à l'intérieur. Un sourire carnassier se dessina finalement sur mon visage. Je me retournais vers le jeune homme qui m'avait abordé, il avait soudain embelli ma journée.

-C'est une proposition très plaisante que tu me fais là, dis-je, et je l'accepte volontiers. Tant que je peux m'amuser un peu, ça me fait plaisir.

J'ignorais qui il était et pourquoi il voulait libérer les esclaves, mais cela m'importait peu. J'avais très envie d’égayer ma journée et son idée semblait être le moyen idéal d'y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Mar 11 Oct - 22:13

     
Il ignorait également pourquoi il voulait libérer les esclaves. Il en avait été un lui-même et avait été heureux de l'être, s'étant trouvé bien mieux loti que lorsqu'il profitait de sa dite liberté. La seule réponse claire à tout cela était qu'il souhaitait mettre le boxon et que la possibilité de se distraire en tuant un maximum de gens tout en en sauvant un maximum aussi -faut pas jouer avec le karma, c'est une petite chose vicieuse- était des plus agréables. ...Comme la demoiselle qui l'était à regarder mais ça, il l'avait assez en tête pour ne pas vouloir se focaliser là-dessus. Hé, c'est pas car on est mort qu'on ne ressent plus rien... Là en bas. Fin c'est compliqué. Techniquement, on ne ressent plus rien, effectivement, mais l'habitude crée cette impulsion qui... Comment ça c'est pas le sujet ?

Elle acquiesce, peut-être parce qu'elle est aussi folle que lui. Se jeter, à deux, comme ça, là, dans un repaire bien gardé avec masse d'armes et de monstres aux pouvoirs divers et variés, c'était pas le top. Et même s'il s'en fichait sous l'éternel prétexte qu'il était décédé et même enterré -il fut un temps, maintenant... Il n'avait pas envie de penser à ce qu'on avait fait de son cadavre. Ce genre de choses ne devraient même pas s'approcher de l'esprit d'un homme honnête.- il courait toujours le risque de se faire exorciser, des fois, qu'au passage, un nécromancien se trouve dans le bardaf. Mais il était l'heure de l'insouciance alors autant jouer le jeu jusqu'au bout. S'il lui arrive quelque chose, il n'aura qu'à dire qu'il l'avait cherché. Bien cherché, même.

<< Génial. >> Il se retourna vers l'édifice. Une clôture barbelée de deux mètres puis un portail de trois. Peut-être que la clôture était électrifiée, mais ça... Pas son problème à lui. << Tu as un plan d'action ? >> La détaillant de bas en haut, il étudia ses armes. << Hm... Je t'ouvre les portes et tu rentres en dégommant autant de personnes que faire se peut ? Puis je débarque en soutien. >> Quelle espèce, la jeune fille ? Un truc bizarre. Il n'était pas très instruit sur la matière et ne les connaissait pas toutes, de loin pas. Mais elle n'avait pas la tête des créatures principales peuplant le continent. Il lui aurait bien demandé si elle était prête mais elle l'avait tout l'air et lui ne souhaitait pas faire attendre une dame. D'une révérence, il s'éclipsa, avançant vers le grillage de barbelés. Son pas était sûr mais il se trouvait nerveux. Elle l'avait bien détaillé, non ? Cela ne lui avait pas échappé. Il détestait être étudié. Cela lui donnait des frissons désagréables dans tous le corps. Ses cheveux, notamment... Pourquoi toutes les filles commencent-elles par regarder ses cheveux ?! Il était bien maudit ! Fallait croire que, même mort, ses tifs plaisaient toujours. Il souhaita les couper, ne serait-ce qu'un instant. Ses boucles lavandes et ses dreadlocks pendant en bataille entre les mèches. Est-ce que quelqu'un pourrait expliquer au reste du monde qu'on n'est pas défini par ses cheveux ?! Qu'on ne lui mente pas, c'était au moins la huitième à lui faire le coup. Il commençait à développer un sévère complexe.
Qu'importe, il était temps de jouer. Le type, en face, armé d'un fusil d'assaut, était sur le qui-vive et quand il le vit approcher, ce ne fut pas pour l'accueillir à bras ouverts. Bah oui, un type en pleine introspection qui grimace comme c'est pas possible... L'armée chargée, prête à tirer, il ne fallut pas bien longtemps pour que le fantôme se retrouve au niveau du canon. L'attrapant de la main, il s'avança tant qu'il le pouvait pour se jeter sur le vigile.

Lorsque le trouble se dissipa et que sa vision revint, il constata qu'il tenait l'arme et qu'il se trouvait de l'autre côté des barbelés. Parfait ! Il n'avait pas perdu la main quand à ses petites capacités de possession. Il ne lui restait plus qu'à demander à ce qu'on ouvre à la nana suspecte là-bas. Aussitôt dit, aussitôt fait. Le passage dans les barbelés se trouvait ouvert ainsi que la grande porte de la barrière. Il avait suffit de raconter qu'elle était digne de confiance, qu'il la connaissait, etc, etc. Qui irait soupçonner un vigile ? Le type devait travailler ici depuis l'ouverture de l'élevage !
<< Hé, tu peux entrer si tu veux !! >>




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Mer 12 Oct - 12:29

     Le jeune homme se retourna vers la clôture, puis il m'exposa son plan: il m'ouvrait les portes et je tuais tout ce qui bougeait, plan simple mais efficace. Il restait tout de même une zone d'ombre, comment allait-il pénétrer à l'intérieur? Avant que je ne puisse lui poser la moindre question, il s'avança vers le bâtiment, non sans m'avoir fait une révérence au préalable. Je souris et l'observait, il se dirigeait tranquillement vers le vigile qui se tenait devant la porte. Je me rapprochais à mon tour tout en restant discrètement en retrait.
Une fois arrivé au niveau du vigile, alors que l'arme était pointée sur lui, il l'attrapa et se jeta sur l'homme qui lui faisait face. Et...il disparut. Je n'en croyais pas mes yeux, je vis ensuite le vigile pénétrer à l'intérieur des clôtures comme si de rien n'était. Je me rapprochais encore davantage, tout en me demandant si mon compagnon n'était pas un fantôme. Ainsi il aurait pu posséder le vigile, mais je ne pouvais rien affirmer, je verrai bien.

Je me positionnais devant le portail redoutant le pire, mais celui-ci s'ouvrit lentement. A l'intérieur je vis le vigile et, après une rapide inspection, une dizaine d'autres types armés, il allait falloir faire vite. Le vigile me cria d'entrer, je n'allais pas me le faire répéter. Je pris un sourire enfantin, et avançait en me dandinant. Quel homme irait me soupçonner d'être une tueuse professionnelle ? Aucun, ils étaient tous bien trop occupé à apprécier mes formes, c'était bien le but d'ailleurs.
Une fois parvenu au niveau du vigile (qui doit donc être mon complice) et d'un autre type, je me mis en mouvement, de ma main droite je sortais l'une de mes longues dagues et de ma main gauche je tirait mon pistolet hors de son étuis. Sans perdre de temps, j'égorgeais le type à ma droite tout en tirant sur les deux types qui m'avait ouvert la porte. Je jetais un coup d’œil au vigile et lui soufflais:

-Je m'occupe des quatre à droite, prend les trois autre.

Et sans attendre sa réponse, ni même voir s'il faisait ce que je lui demandais, je me jetais sur les autres. Ils venaient de comprendre ce qu'ils se passait et pointaient leurs armes sur moi, mais ils étaient bien trop lent. J'abattis le premier d'une balle dans la tête, poignardais le second au cœur, tout en faisant subir au troisième le même sort qu'au premier. Le dernier eu le mérite de me toucher au bras avant que je l'égorge à son tour. Je souriais de toutes mes dents, j'adorais combattre et j'adorais tuer, j'avais été créé pour ça après tout. J'essuyais ma lame sur les vêtements d'un mort, puis regardais ma blessure. Ce n'était rien de plus qu'une égratignure, la balle n'était déjà plus dans mon bras, dans 15 minutes tout au plus on ne verrait plus rien. Je me retournais vers mon partenaire, lui aussi en avait finit avec les gardes, mais je doutais qu'avec tout le boucan que nous avions fait (surtout moi en fait), nous restions seuls longtemps, déjà j'attendais des cavalcades dans le bâtiment.
Je lui fit un grand sourire carnassier avant de lui demander:

-On avance ou on les attend ici?

Cela m'importait peu, mais je n'avais pas eu le temps de voir son style de combat, peut-être préférait-il des endroits plus resserrer pour affronter un grand groupe de combattants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Jeu 13 Oct - 13:15

     
Un fusil ? La blague. Il était plus à l'aise avec un couteau. Ce truc était impossible à utiliser et il se prit plus d'une fois l'arme en plein visage à cause du recul... Car il était lent à les abattre, une balle le toucha à la jambe et une autre en plein torse. Ça faisait un mal de chien mais il parvenait à supporter la douleur en relativisant: il avait déjà souffert bien plus que ça. En vérité, c'était une promenade de santé par rapport à d'autres tortures qu'il lui avait été donné d'endurer. Puis ce n'était pas son corps alors qu'importe ? Mais mieux valait le garder, l'information n'était pas forcément passée comme quoi c'était l'un des vigiles qui avait commencé à poser problème. Il pouvait encore se fondre dans la masse.

<< On avance ou on les attend ici ? >> La petite chose mignonne se battait bien, du moins c'est ce qu'en disait le sang sur ses vêtements et son corps en meilleur état que celui du fantôme. Lui... Avait fait un piètre résultat. Mais faute à l'arme. Il lâcha le fusil et, s'approchant de la demoiselle, lui subtilisa une dague. Voilà, ça ne valait pas un bon vieux couteau à viande, mais ça restait une meilleur option. Il avait parlé d'être héroïque, c'est vrai. Et de délivrer la bouffe ambulante qui se trouvait enchaînée là-dedans. Mais pour ce qui était du carnage... Il haussa les épaules. Faut pas chercher, il était bien sous-entendu. Jouer les héros sans rien faire d'autres, ça aurait été ennuyant à crever. << Ils ont des fusils d'assaut. Si on entre on va se faire abattre comme des hybrides par le nombre avant d'avoir pu riposter. Autant les attendre à la porte et les chopper à l'arrivée, non ? >> Du moins les premiers. Il n'avait pas la moindre idée du nombre de personnes dans ce bâtiment. Voyons voir... Peut-être cent employés pour trois cent esclaves ? Une quarantaine de vigiles maximum, le reste n'était que des employés inutiles ? Ils en avaient déjà eu six. Ça irait vite.
Se plaçant contre le mur, à côté de l'entrée, il intercepta le premier en lui enfonçant la dague en pleine gorge. Le poussant d'un coup de pied et récupérant sa dague au passage, il pu planter le troisième dans l’œil et réussi même à esquiver l'attaque du second. Trop près, dans un angle mort des caméras de sécurité et jouant sur l'effet de surprise grâce à son costume de circonstance, il ne leur permettait pas de dégainer leurs armes. Restait les griffes et les crocs mais aussi des attaques un peu plus dévastatrices comme cet élémentaire de feu qui le brûla bien sans qu'il réussisse à s'en débarrasser. Forcément, un élémentaire... Ça se tue pas à coups de dague. Un pistolet à eau à la rigueur... Le malade s'amusait à le cramer férocement et le corps à fondre. Ah chier ! Hurlant de douleur, il réussi à s'extirper de l'enveloppe chaude et mourante du type qu'il avait possédé. Un peu sonné, il lui fallut un moment pour penser à récupérer de quoi continuer à se battre. Durant ce temps, une partie des vigiles avaient continués leur chemin pour attaquer la petite chose mignonne...
Récupérant la dague brûlante, il eut un geste de réflexe consistant à accourir en renfort mais se ravisa. Mieux valait qu'il récupère sa place d'origine près de la porte de manière à limiter le nombre d'adversaires qui l'atteindraient. Massacrer en série se trouva plutôt drôle. C'était comme s'ils faisaient la queue dans l'attente de se faire trancher ! Hm ? Un peu le sort qu'ils réservaient aux hybrides de ce lieu, non ? Jolie ironie.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Jeu 13 Oct - 20:35

     
Ils ont des fusils d'assaut. Si on entre on va se faire abattre comme des hybrides par le nombre avant d'avoir pu riposter. Autant les attendre à la porte et les chopper à l'arrivée, non ?Me répondit mon compagnon.


Pas bête. Il se rapprocha de moi et prit une de mes dagues, je le laissais faire, je n'en avais pas besoin pour le moment. Il se posta près de la porte et commença à tuer tous les gardes qui en sortaient. Bien sûr il ne pouvait pas tous les avoir, je me tenais donc en retrait et m'occupais de ceux qui avaient réussi à passer. La difficulté se corsa quand un élémentaire de feu fit son apparition, celui-ci s'acharna sur mon complice, je le vis fondre avec horreur. Puis, le premier jeune homme s'extirpa du vigile mourant pour reprendre le combat. Le problème pour moi, c'était que durant ce temps là, il n'avait arrêter aucun des vigiles sortant du bâtiment, résultat je me retrouvais avec une dizaine de types sur les bras. En soupirant, je commençais par vider mon chargeur sur eux, puis arrivant à cours de balles et n'ayant pas le temps de recharger, je rangeais mon pistolet et sortais mon sabre, gardant toujours dans ma main droite ma dague. Le tout maintenant c'était d'éviter de se prendre un tir mortel. Je poussais donc ma vitesse au maximum, virevoltant dans tous les sens pour ne pas leur laisser le temps de viser. Malheureusement pour moi, il en arrivait toujours plus et mon compagnon semblait avoir de plus en plus de mal à les retenir... Une balle m'atteignis à l'épaule droite, mais je continuais à me battre malgré la douleur, je m'étais assez entraîner à ce genre d'exercice. J'avais cessé de réfléchir, je vivais dans le moment présent, tuant cet homme, égorgeant celui-ci, faisant une acrobatie pour me retrouver derrière un autre, l'utiliser quelque temps comme bouclier avant de l'assassiner à son tour. J'adorais cette sensation de puissance, l'adrénaline parcourait mon corps, je vivais à cent à l'heure.

Après de longues, très longues minutes, nous arrivâmes à bout du dernier garde. Je ne comptais plus mes blessures, la plupart n'étaient que de simple égratignure (pas assez grave pour que je m'en préoccupe) mais mon épaule ainsi qu'une autre balle rester coincée dans le bas de mon ventre me préoccupaient. Peu importait, je m'en occuperais pus tard, la douleur ne m'avait pas empêché de m'amuser comme une folle et un grand sourire barrait mon visage, à mes pieds se trouvait une montagne de cadavres. Je me retournais vers mon compagnon:

On rentre maintenant ? J'ai bien envie de voir l'intérieur. Et puis tu voulais délivrer les esclaves, nan ? Lui demandais-je.

Tout en parlant, je me fis un bandage à l'épaule avec un morceau de tissus récupérer sur un mort, et avec un autre j'appuyais fortement sur ma blessure au ventre. Je n'étais pas inconsciente au point de me laisser mourir d'une hémorragie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Sam 15 Oct - 16:19

     
<< On rentre maintenant ? J'ai bien envie de voir l'intérieur. Et puis tu voulais délivrer les esclaves, nan ? >>

Un léger rire amusé le secoua. Il épousseta sa veste qui n'avait pas grand besoin de l'être. Si, depuis bientôt un an, il avait vu son apparence spectrale se solidifier, il n'en restait pas moins que les vêtements qu'il portait sur lui lorsqu'il était translucides faisaient parti de son corps. Comme lui, ils reprenaient leur aspect de base s'ils venaient à être endommagés. Le sang coulait dessus mais ne les souillaient pas.
Pour les blessures, même chose, donc, son corps se faisait mutiler et malmener, mais il ne tardait pas à se recomposer, comme si rien ne l'avait jamais défiguré.
<< C'est toi la princesse. >> Il l'invita à entrer la première, supposant déjà connaître l'élevage. Le premier bâtiment, celui dans lequel ils entraient, était la nurserie. Tout au long du couloir, des dizaines de portes menant à autant de salles, il en ouvrit une. Les nouveaux-nés arrachés au bétail du lieu, tas d'hybrides encore gras d'avoir été suffisamment nourri dans le ventre de leurs mères, étaient placés dans ces larges pièces sombres où un tuyau installé à côté de leurs berceaux de fortune dévidait un liquide nutritif capable d'assurer leur survie. Pas de stimuli ni le moindre bruit. La seule source de chaleur restait la présence des employés, avançant silencieusement dans le dédale de petits lits pour vérifier la qualité de la production et retirant parfois les linges des berceaux devenant trop souillés pour les remplacer par d'autres. De temps à autre, lorsqu'une commande était passée, on récupérait les braillards, les entassant parfois les uns sur les autres pour les installer dans un camion qui les livraient au domicile de l'intéressé. Ces pouponnières géantes étaient à peine climatisées et la chaleur s'y trouvant se mêlaient aux odeurs d'excrément. Pour autant qu'il le sentait, ses sens restaient amoindris voir inexistants, soumis à ses pensées et impressions. L'odeur ne le gênait donc pas tellement mais il eut une pensée pour sa compagne d'aventure.

Les employés étaient en train de quitter les lieux par la sortie de secours quand ils entrèrent. Pressés comme jamais, très certainement effrayés par le massacre s'étant déroulé à l'extérieur, ils souhaitaient tout naturellement sauver leur vie. Personnellement, le fantôme n'avait pas tellement envie de massacrer des types qui ne se défendront qu'à peine. Puis la vue d'autant de nourrissons en mauvaise condition le perturba quelque peu. Il manquait de logique, certes, mais la compassion, eh bien... C'était pas de son contrôle quand bien même il aurait désiré de toute ses forces ne pas se sentir mal dans ces circonstances.
<< Oups. Mauvaise pioche, je suppose. >> Il s'imagina que même s'ils les relâchaient à l'extérieur, les braillards étaient bien trop jeunes pour marcher. Au pire à quatre pattes ? Une armée de bambins sans couche-culottes. << On y met le feu ou on passe au bâtiment suivant ? >> A moins qu'elle voulait en adopter un, après tout, elle fait ce qu'elle veut. C'était surement pas lui qui allait s'arrêter sur un bébé... Il détestait les gosses ! La preuve sous son nez. Bestioles qui macèrent dans leur propre liquide écœurant en geignant à pleins poumons. Même les bruits qu'ils émettaient étaient atroces ! << Si tu veux te donner bonne conscience, p'tet que les parents une fois libre s'occuperont de ces... >> Il balaya la salle du bras. << Ces trucs. S'il en sont capables. >> Naître pour servir de steak sur pieds, ça a pas trop dû aider l'intellect des 'parents' à se développer. Il s'attendait plus à tomber sur des caricatures de bipèdes que des hybrides comme il en avait connu.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Sam 15 Oct - 19:32

     Mon compatriote rit puis avec un signe de la main me dit:

-C'est toi la princesse.

Je souris et le précédais dans le bâtiment. A l'intérieur, la chaleur était étouffante et l'odeur m'agressa tout de suite les narines. Ça sentais les excréments et la crasse, pour une fois je regrettais d'être doté d'un très bon odorat...
Il ouvrit une porte et je me rapprochais de lui, c'était une salle remplit de bébé, des hybrides. Leurs conditions de vie me répugna, mais je n'y pouvais pas grand chose.

-Oups. Mauvaise pioche, je suppose. Dit-il. On y met le feu ou on passe au bâtiment suivant ? Si tu veux te donner bonne conscience, p'tet que les parents une fois libre s'occuperont de ces... Il balaya la salle du bras. Ces trucs. S'il en sont capables.

Je soupirais, j'ignorais quelles morts étaient la plus cruelles, mourir brûler ou mourir de faim... J'aurais bien aimé aider ces gosses mais ce n'était pas de mon ressort et je ne voulais clairement pas m’encombrer avec un gamin, il ne ferait que me gêner. Je savais que l'instinct maternel des animaux était très fort, mais de là à venir jusque ici retrouver leur progéniture, j'avais un doute... Peu importe, au moins ils ne seraient pas bouffer.

-On bouge, on peut rien pour eux de toute façon. Dis-je en retournant dans le couloir.

J'étais toujours fasciné de voir à quel point les plus forts s'évertuaient à détruire les plus faibles. J'avais moi même longtemps été sous le joug de cette loi du plus fort et j'étais bien décidée à ne plus jamais la subir. Maintenant j'étais en haut de la chaîne alimentaire et je tuerais tout ceux qui se dresseront sur mon passage. Cette façon de penser ne m'empêchais pas de regretter que le monde marche comme ça, voir jusqu'où peux aller la cruauté de certaines créatures me rendaient malade, j'avais moi même été souvent torturé. Ces pauvres gosses n'avaient fait de mal à personne, ils étaient justes né au mauvais endroit.
Tu te ramollis. Pensais-je. En effet, je n'aurais rien dû ressentir en voyant tout cela, moi-même j'adorais à mon tour torturer des gens, il fallait juste être du bon côté de l'arme... Mais cela ne m'avait pas empêcher de me voir moi, à leur place quelques années plus tôt. Certes je n'avais pas pour but de servir de repas mais je n'étais rien de plus qu'un outils entre les mains de scientifiques fous.

Je continuais donc d'avancer sans ouvrir aucune porte, je ne vérifiais même pas que mon acolyte me suivais. J'arrivais finalement à un embranchement, je ne savais pas où aller, mais j'avais maintenant une furieuse envie de trucider du scientifique, ou même n'importe qui ferait l'affaire. Oui une bonne séance de torture me détendrait. Je me retournais, il était là, il m'avais suivi. Je détaillais ces étranges cheveux violets et lui souriais. Il m'avais appelé princesse tout à l'heure, s'il savait à quel point j'étais loin d'être une princesse. En réalité j'étais une hybride crée en laboratoire, en quelque sorte, tout comme les bébés qu'on venait de voir, je n'était rien de plus qu'une arme.

-Je te laisse choisir où on va. Lui dis-je, je n'avais aucune envie de prendre de décision, j'avais presque envie de fuir cet endroit tellement l'atmosphère me semblait étouffante. Je le laissais donc passer devant. Au fait, comment t'appelles-tu? Lui demandais-je.

Après tout ce qu'on avait vécu ensemble, j'ignorais encore son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Lun 17 Oct - 12:23

     
Pas de bébés brûlés. Hé, s'il était encore doté d'une conscience, cela le soulagerait. Il fera tourner l'adresse, des fois que certains se mettent en tête de les récupérer. Il connaissait quelques personnes pas trop méchantes qui sauraient quoi faire d'une horde de bébés.
Il observa attentivement la demoiselle. Elle semblait chamboulée par ce qu'elle voyait... Uh, une créature dotée de gentillesse. C'était presque rare. Enfin, 'gentillesse'... C'est relatif. Combien de personnes avaient-ils tués pour entrer ici ? Ah oui, une quarantaine. Combien d'orphelins crées dans la journée ? De veuve ? De parents éplorés ? Pour au final un piètre résultat pour l'instant. Enfin, les mioches étaient libres. De quoi pouvaient-ils se plaindre ?
Il l'en apprécia d'avantage mais il lui manquait ce grain de folie qui l'attirait en général. Une gentille... Ça fait pas long feu dans le coin. Une suicidaire non plus et cette nana, pour avoir foncé dans le danger tête baissée, l'était clairement.

Il la suivit dans le dédale, et cela l'amusait car elle n'avait même plus le cœur à visiter les autres salles ! L'humeur vagabonde, il commençait à fredonner lorsqu'elle l'interrompit.
<< Je te laisse choisir où on va. >> Qu'elle lui imposa. Hé... Les choix, ça a jamais trop été son truc. Il pesa le pour et le contre.
<< Eh bien on peut rebrousser chemin... Ou passer dans le bâtiment suivant voir s'il y a pas des bestioles un peu plus âgées à libérer. La seconde option me semble logique. Inutile de faire une visite complète, juste faire quelque chose de significatif. >> Bestioles... Le terme était un peu à côté. Ancien humain, il était bien placé pour savoir à quel point l'infériorité présumée des espèces martyrisées n'était qu'un racontar. Mais il se sentait bien trop distant de toute cette misère pour en être peiné. Dans d'autres circonstances, peut-être... Pour l'instant, la sienne lui suffisait. Tant qu'il ne les avais pas en face...
Allez, il fallait se ressaisir ! Après tout n'était-il pas venu ici pour s'amuser ? Il s'y prenait certes mal. Temps de redresser tout cela ! Il la dirigea vers la sortie et pendant qu'ils marchaient vers l'entrée du second batîment, elle lui demanda son nom.
<< Sin. >> 'fin c'était comme ça qu'on l'appelait. Pas que ça le peine. Il aimait bien son nom d'esclave car, quoique le vrai sonnait plus réel, 'Sin' avait plus de panache. << Et toi ? >>

Porte plus lourde, en ferraille. Le lieu, un entrepôt, semble plus sale aussi. De là, l'odeur se sent dès l'entrée. Des cris, hurlement hystériques, gémissements étouffés en parviennent. Des sons inhumains, des supplications de folie dans des mots qui n'y ressemblent que de loin. Les employés sont partis depuis longtemps, personne pour les accueillir alors que le fantôme ouvre la marche, franchissant le seuil. Il y fait noir à s'en brûler la rétine. D'ici, de là, des petites lumières clignotent, permettant de s'y repérer. La nausée le prend, sa main droite se met à trembler, toc désuet. Il essaie d'ignorer les symptômes et, curieux, avance d'un pas faussement assuré. Dans les ténèbres se dressent des rangées de cages surélevées à une vingtaine de centimètres du sol dans lesquels les hybrides sont enfermés, à quatre pattes dans un espace trop petit. Un tuyau déversant une substance de gavage, les déchets tombant au sol par les trous de la grille se trouvant sous tout un chacun, blessant à sang la chair qui s'y trouve constamment collée. Certains sont déjà mutilés, d'autres se mordent, s'auto-dévorent, tentant par ce biais d'occuper leurs nerfs excédés. A peine vêtus, un morceau de tissu sinon rien, pour ne pas avoir à les vendre nus, ils ne semblent de toute manière pas en avoir conscience. A côté de certaines cages, des caisses contenant des pilules de toutes sortes. Des médicaments, pour éviter les maladies, des remèdes pour assommer. Les plaies crées par les grilles suintent un pus jaunâtre, des plaques de sang séchés les recouvre. Certains ont les cheveux en partie arrachés. Des yeux fous se tournent vers eux, les cris redoublent, frénétiques. Le fantôme se retient de reculer et observe le désastre, muet.
<< Voilà où va l'industrie alimentaire des privilégiés. >> Plus loin, on peut distinguer une immense machine ressemblant, de loin, à une broyeuse. Il supposa que, lorsqu'ils n'étaient pas vendus entiers, certainement que l'élevage proposait de traiter la viande pour la transformer en une substance plus... Présentable.

Il détailla les visages, si semblables au sien. Des enfants et des adolescents. Parfois de très jeunes adultes. On lui avait déjà parlé de tout cela, mais il n'avait jamais réalisé à quel point le voir de ses propres yeux pouvait être perturbant. Dans sa tenue funéraire, tout enveloppé de velours et d'argent, il avait petit à petit perdu pied avec la réalité. Lui n'avait jamais eu à approcher une telle déchéance.
S'approchant d'une cage, il observa le verrou alors que le gamin qui s'y trouvait s'était réfugié tout contre les barreaux du fond, dans un cri d'effroi. C'était facile à ouvrir de l'extérieur. Il hésita quelques secondes...
<< Ça va, princesse ? >> Sa voix se trouvait enrouée, un peu plus grave qu'auparavant. Il ne pouvait pas faire semblant d'aller bien.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Lun 17 Oct - 16:58

      -Eh bien on peut rebrousser chemin... Ou passer dans le bâtiment suivant voir s'il y a pas des bestioles un peu plus âgées à libérer. La seconde option me semble logique. Inutile de faire une visite complète, juste faire quelque chose de significatif. Me répondit-il, avant d'ajouter. Sin. Et toi?

Sin... C'était jolie comme prénom, je ne connaissais pas.

-Elana. Dis-je.

Il se décida finalement pour la sortie et nous nous dirigeâmes vers un second bâtiment. Celui-ci était plus grand, il sentait aussi plus mauvais. Nous pénétrâmes à l'intérieur, Sin passa en premier. L'odeur m'attaquait les narines alors que les cris de souffrance et de folie me vrillaient les oreilles. Je vis les hybrides, enfermés dans des cages trop petites, nourris par des tubes de gavage, baignant dans leurs excréments... Même pour quelqu'un comme moi, le spectacle était dure à supporter, et dire que certaines personnes travaillaient ici tous les jours. La plupart des hybrides était blessée, ils étaient à peine couvert d'un bout de tissus. Au loin j’apercevais une machine pour broyer. Quand ils nous voient leur cris redoublent, je vois la main de Sin trembler un instant mais il se ressaisit et avance d'un pas assuré en déclarant:

- Voilà où va l'industrie alimentaire des privilégiés.

Je le suivis, une boule au ventre. Il s'approcha d'une cage où se trouvait un adolescent, celui-ci recula au fond de sa cage. Je reportais mon attention sur le verrou, il était clairement simple à ouvrir et ne nous poserait aucun problème.

-Ça va, princesse ? Me demanda-t-il.

Je remarquais que sa voix avait changé, quoi qu'il en dise, cette vision d'horreur l'avait perturbé. Je pris une grande inspiration. Est-ce que j'allais bien? Clairement pas, j'avais beau être une folle, psychopathe adorant tuer et torturer les gens, ce que je voyais ici était pire que toute la cruauté dont j'aurai pu faire preuve. Leurs conditions de vie, leurs traitements et même leurs destins affreux et couru d'avance me répugnaient. J'avais bien fait de le suivre ici, j'avais seulement prévue de m'amuser, mais voir tout ça me retournait l'estomac et j'allais pouvoir y faire quelque chose.

-Je me suis déjà sentie mieux. Lui répondis-je.

Je lui passai devant et déverrouillais la cage, j'ignorais quelles réactions ils auraient en retrouvant soudainement la liberté mais je m'en moquais. J'ouvris la grille en grand. La première bonne action de toute ma vie. Pensais-je. Mais l'adolescent avait bien trop peur de nous pour sortir, je m'éloignais donc vers la cage suivante pour continuer à tout déverrouiller. Je me tournais vers Sin:

-Tu m'aides? On est venu pour ça nan?

Je me doutais que lui aussi à l'origine souhaitait seulement s'amuser, mais j'avais bien vu qu'il ne restait pas insensible à ce spectacle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Lun 17 Oct - 18:27

     
Touchée, elle aussi ? Il semblerait. Il la vit le devancer et manqua de l'en empêcher mais... La cage ouverte, il n'y eut pas la moindre catastrophe. Haussant les épaules, il la regarda faire, les deux mains dans les poches, jusqu'à ce qu'elle lui demande de l'aide.
Il entreprit d'ouvrir alors des cages à son tour. La plupart des hybrides ne sortaient pas, ne bougeaient même pas, et parfois se mettait à crier de panique, se faisant même dessus de terreur. Mais, heureusement, certains eurent le culot de sortir. Entre les jambes ou le bousculant même, ils s'élançaient vers la porte laissée ouverte et disparaissaient dans la nature. A moitié à quatre pattes, à moitié sur deux, alternant maladroitement dans une démarche qu'ils n'avaient jamais pris l'habitude d’étrenner. Ils retombaient quelques fois, s'écrasant lamentablement avant de se relever, toujours dans cette impulsion de fuite maladroite. Au fur et à mesure que certains s'échappaient, d'autres, craintifs, se décidaient à les rejoindre. Il ne resta bientôt qu'un petit pourcentage qui n'avait pas quitté les cages. Ces derniers ne le pouvaient tout simplement pas, traumatisés, terrorisés, il valait mieux les en sortir par la force. << Tu sais, j'étais un Rebelle, de mon vivant. >> Déclara le fantôme en s'accroupissant devant la cage contenant le gamin de tout à l'heure. << Les rebelles avant les catastrophes, j'entends. >> Le gosse ne le quittait pas du regard. Sin tenta d'entrer le bras dans la cage pour l'en tirer mais d'un sursaut affolé, le gamin le mordit méchamment et ne détacha pas les crocs. Surpris, Sin secoua le bras sans succès et en profita pour extraire le gosse de sa prison. Les crocs bien plantés, il grognait. Littéralement comme un animal. << Des cinglés, j'me disais. Des fous cruels. Ils te mettent une mitraillette dans les mains et ils t'envoient te faire sacrifier. >> Reprit le fantôme, pas le moins du monde perturbé par la bestiole qui était suspendue à son bras. Il le traina un peu et se remit à ouvrir d'autres cages. << Tout pour 'La Cause', la libération des esclaves. >> Mais au bout d'un moment, cela commença réellement à le gêner et il exerça une pression sur la mâchoire du gosse pour le retirer. Décollé de force, il se laissa tomber au sol et grogna à nouveau, prêt à attaquer. Le fantôme l'ignora pendant que sa blessure reprenait une apparence plus initiale. << J'les ait trahis, forcément. J'avais pas envie de mourir comme ça. Mais je me demande si, dans le fond, ils ont pas une once de raison. Enfin... Si y'a pas un truc normal dans tout ça. Une réponse aussi violente que l'est le problème. >> Compliqué d'exprimer sa pensée lorsqu'on est juste un amas d'impulsions et que son cerveau n'est plus dans le coin. Mais il commençait à douter d'à quel point son ancienne appartenance était dans le tord. Voyant ce genre de... Il n'y avait pas vraiment de mots pour décrire ça. Un mouroir ? Et pourtant, il avait visité le marché aux esclaves des Méandres... Là-bas, les cadavres des invendus se font piétiner par les acheteurs. Rien de très ragoûtant non plus. C'était pas étonnant que ces fous soient aussi siphonnés. Entre vivre dans une cage trop petite en attendant d'être broyé et aller se faire sauter pour La Cause, il ne pouvait choisir ce qui était le pire.

Le grogneur avait fini par détaler. Il s'était planqué derrière une cage, dans un coin de l'entrepôt mais le fantôme ne s'en préoccupait plus. << Si ma maîtresse était là, probablement qu'elle te dirait d'en récupérer un. Quand on a jamais rien eu, c'est peu probable qu'on trahisse la première personne qui t'offre tout. Un sourire, une parole gentille, et t'en auras un dévoué à vie. >> C'était un truc comme ça qui l'avait d'ailleurs attaché à la vampire en premier lieu. Il constata leur travail. Hormis une vingtaine d'hybrides encore effrayés, incapables de quitter leurs cages, la plupart s'étaient échappés, armée désorganisée lâchée sur la région. Il se demanda un instant s'ils arrivaient à survivre. Surement.
<< Dis-moi quand on décolle. >> Dit-il en s'adossant à une cage vide. Il se sentait étrangement satisfait, comme si un heureux travail venait d'être accompli. Faire une bonne action... C'était pas si mauvais, dans le fond. Il aimait bien. Une manière comme une autre de reconnecter d'avec son vrai lui, le gamin chétif qui n'avait pas encore été vendu aux Rebelles.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Lun 17 Oct - 20:06

     Sin m'aida à ouvrir les cages, petit à petit, les hybrides s'enfuirent, même les plus craintifs finirent par sortir de leurs cages pour s'élancer au dehors. Ils titubaient et tombaient mais tous finirent par atteindre la sortie. Sin profita de ce moment pour me parler un peu de lui.

-Tu sais, j'étais un Rebelle, de mon vivant. Me dit-il. Il était donc bien un fantôme. Les rebelles avant les catastrophes, j'entends. Des cinglés, j'me disais. Des fous cruels. Ils te mettent une mitraillette dans les mains et ils t'envoient te faire sacrifier. Tout pour 'La Cause', la libération des esclaves. J'les ait trahis, forcément. J'avais pas envie de mourir comme ça. Mais je me demande si, dans le fond, ils ont pas une once de raison. Enfin... Si y'a pas un truc normal dans tout ça. Une réponse aussi violente que l'est le problème. Si ma maîtresse était là, probablement qu'elle te dirait d'en récupérer un. Quand on a jamais rien eu, c'est peu probable qu'on trahisse la première personne qui t'offre tout. Un sourire, une parole gentille, et t'en auras un dévoué à vie.

Je l'écoutais parler en faisant sortir des hybrides récalcitrants. Du coin de l’œil, je vis qu'il était au prise avec l'adolescent de tout à l'heure, celui-ci le mordit mais Sin ne semblait pas vraiment s'en préoccuper, il finit par s'en débarrasser et l'hybride s'enfuit à son tour.
Il avait donc fait parti des fameux rebelles, j'en avais beaucoup entendu parler mais je ne les avais jamais vu. Il avait aussi parler de "sa maîtresse", je me demandais bien qui c'était mais je n'avais pas vraiment envie de poser la question. Cela laissait supposer qu'il avait été esclave lui-aussi, mais étant mort, il ne l'était certainement plus. Je trouvais bizarre que quelqu'un me confie son histoire, mais étrangement j'appréciais cela, c'était intéressant d'en apprendre plus sur les gens qui nous entourent. Quand au fait d'adopter un hybride... Très peu pour moi merci, j'étais plutôt solitaire et je n'avais aucune envie de m’encombrer de qui que ce soit à vie, aussi dévoué soit cette personne. Sin s'adossa finalement à une cage vide, admirant le travail accompli avant de déclarer:

- Dis-moi quand on décolle.

A mon tour, je me tournais vers les cages vides et je me sentais étrangement tout aussi vide qu'elles. J'étais venue pour m'amuser, sur ce point l'expérience était décevante, je n'avais finalement réussi qu'à me torturer l'esprit et étant de nature mauvaise -je ne pouvais le nier- ma bonne action ne m'apportait pas tant de plaisir. Je soupirais, je n'avais plus rien à faire ici. Alors que je me relevais dans un mouvement souple, ma blessure au ventre se rappela à moi dans un éclair de douleur, évidemment ça ne risquait pas de s'arranger si je ne retirais pas la balle de ma chair... Je grimaçais.

-Partons d'ici, il faut que je m'occupe de ça. Lui dis-je en montrant ma blessure d'un signe de tête.

Le sang avait continué de couler mais je n'en avais pas perdu tant que ça. Je me dirigeais vers la sortie, franchissais la porte et décidais de pénétrer dans le poste des gardes, une petite salle à côté du portail. Je m'assis sur une chaise et sortis l'un de mes couteau de lancer. Je lançais un coup d’œil à Sin.

-Il va falloir que je sorte la balle, les tissus se reformeront tout seul après ça. Lui dis-je et devant son regard interrogateur j'ajoutais. Je suis une expérience de laboratoire... Je possède la régénération du lézard, entre autres.

Je me demandais ce qu'il allait penser de ça, je ne l'avais jamais dit à personne. En même temps depuis que je m'étais enfuie je n'avais pas parlé à grand monde. Je reportais ensuite mon attention à mon ventre et commençais à en extraire la balle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Mer 19 Oct - 14:20

     
Il acquiesça et la suivit. Mieux valait qu'elle se soigne avant qu'il n'ait à discuter avec un cadavre. Remarque... Qu'un nouveau fantôme ça serait pas mal. Il n'avait pas tellement de potes fantômes, la plupart étant des cinglés irrationnels et imbus de vengeance.
Il la suivit jusque dans la salle de repos des vigiles. Là, il trouva une chaise et, confortablement installé, la laissa faire, un tantinet curieux.
Haussant un sourcil lorsqu'elle menaça de se charcuter directement, il se laissa expliquer qu'elle se régénérerait. Lui avait pris l'habitude de voir ce genre de phénomène à force de fréquenter les vampires et autres bestioles. Mais en ce qui le concernait... Ce n'était même plus de la régénération. L'image reprenait juste son apparence d'origine. C'était moins drôle.
Il ne s'opposa ni n'intervint pas. C'était son corps, c'était à elle d'en faire ce qu'elle voulait. Puis mieux valait effectivement retirer la balle tant qu'elle le pouvait, des fois que cette dernière aie la mauvaise idée de partir en balade dans le corps.

<< Je suis une expérience de laboratoire... Je possède la régénération du lézard, entre autres. >>
Les cobayes, il connaissait bien ça. Il en avait fréquenté jusqu'à la nausée de son vivant et même de sa mort. Beaucoup trop, oui. En général, il n'aimait pas ces individus pour des raisons personnelles mais mieux valait ne pas faire de généralité. Après tout, sa charmante maîtresse aussi en avait été une, d'expérience. Au final, c'est plus un stade ou un statut temporaire qu'une finalité. Personne n'est à cent pour cent normal dans un monde où des races s'entrecroisent et se mélangent et tant que la demoiselle ne lui rabâchait pas les oreilles avec sa mélancolie, ça n'était pas ses affaires. Cependant, pas besoin de la zieuter en détail pour savoir que quelque chose clochait. Un instant, il se demanda même si elle ne le testait pas. Oh, qu'importe. Il pouvait difficilement être plus mort que maintenant, il ne risquerait rien à répondre de travers.

<< Mais tu n'es pas n'importe quelle expérience, n'est-ce pas ? Aucun code barre et je ne vois pas non plus le logo de ton laboratoire. Même les projets secrets sont tatoués. Tu viens d'un laboratoire clandestin ? >> Pas ses affaires, qu'il s'était dit à l'instant ? Pour autant, cela ne lui coûtait rien de l'asticoter un peu. Il ne perdait pas sa contenance et restait tranquille, quand bien même se soignait-elle avec des méthodes de fortune. S'il avait eu peur du sang... Il ne serait pas là en premier lieu. Gentleman, il lui laissa le temps de répondre avant d'ajouter. << Après la destruction du continent, les expériences survivantes se sont regroupées pour survivre. Tu gagnerais à rencontrer ta propre espèce. >> C'était son petit doigt, aka sa sublime capacité à grappiller des informations sans attirer l'attention, qui lui avait soufflé que quelque chose se préparait de leur côté. Une bien humble vengeance, mais qui, très certainement, marquera pour longtemps le cours de l'histoire. Il ne pouvait malgré tout en dire quoi que ce soit ici-même. Cela serait dommage de tout ruiner à cause d'une oreille indiscrète. Et Kamisama savait que les labos en avaient ! Des créatures-caméléon, bien plus discrètes et invisibles qu'il ne le sera jamais, espionnaient la population. Qu'il y en ait une dans cette pièce et... Ils ne pourraient même pas s'en rendre compte.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Mer 19 Oct - 21:34

     -Mais tu n'es pas n'importe quelle expérience, n'est-ce pas ? Aucun code barre et je ne vois pas non plus le logo de ton laboratoire. Même les projets secrets sont tatoués. Tu viens d'un laboratoire clandestin ?

Je le regardais, il en savait des choses le petit malin.

-Effectivement, un groupe de scientifiques fous ma crée dans un laboratoire clandestin il y a environ 25ans de ça. Répondis-je.

25ans... Ça se fête nan? Je n'avais jamais fêté mon anniversaire, eux l'avaient fêté tous les ans mais jamais avec moi. Bref je me remettais à l'ouvrage quand il repris la parole:

-Après la destruction du continent, les expériences survivantes se sont regroupées pour survivre. Tu gagnerais à rencontrer ta propre espèce. Dit-il.

Je ne pus retenir un rire. "Ceux de mon espèce"? S'il parlait des gens trafiqués, c'était vrai que nous avions un point commun, mais je ne pouvais me considérer d'aucune espèce. Les scientifiques avaient pris un malin plaisir à me créer de toutes pièces et pour cela ils ne c'étaient pas privés et avaient pioché des morceaux d'ADN (ou d'organes d'ailleurs) un peu partout. Des yeux d'aigles, la souplesse du chat, l'odorat du chien... Rien chez moi ne venait d'une seule espèce et ils avaient réussi à donner à l'ensemble un visage assez agréable. Enfin, je supposais que cela partait d'une bonne intention et puis pourquoi pas rencontrer ces gens, voir de quoi ils étaient fait pouvait toujours se révéler intéressant.
Avant de répondre à Sin, je me concentrais sur la balle. Au bout de quelques secondes, je réussi à l'extraire de la plaie, non sans grimacer de douleur. Je la tenais un instant entre mes doigts avant de la jeter au sol. Mes vêtements étaient certainement fichus mais qu'importe. Je reportais mon attention sur mon compatriote.

-Je ne pense pas appartenir à une espèce en particulier, mais je ne dis jamais non à de nouvelles rencontres. Tu sais où je pourrais les trouver? Lui demandais-je.

Je lui souris, un sourire carnassier légèrement empreint de folie. J'avais très envie de m'amuser, malheureusement pour moi (et heureusement pour lui), comme il était déjà mort je ne pouvais pas jouer avec lui... Mais il pouvait peut-être me conduire à des jouets intéressants.

L'horreur que je venais de voir était déjà loin dans mon esprit, ma philosophie de vie m'empêchais de m'attacher à ce genre de chose. Je n'avais déjà plus qu'une idée en tête, m'amuser, profiter de cette liberté dont j'avais été injustement privé durant les 25 première année de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Ven 21 Oct - 17:04

     
Il avait tapé dans le mille et il en était plutôt fier. Même s'il ne connaissait pas avec plus de précisions l'endroit d'où elle venait, du moins savait-il que ce n'était d'aucuns des endroits qu'il connaissait.
Elle en riait, de l'idée de retrouver ses compatriotes et il la comprenait: lui non plus n'éprouvait pas vraiment de lien envers les autres humains. Mais son sourire carnassier démontrait autre chose et s'il l’amenait à eux, ça n'était que pour provoquer un bain de sang. Il se devait de réfléchir vite. Devait-il continuer sur cette voie et amener le loup dans la bergerie ? Pfouah ! Comme s'il s'agissait d'une bergerie. Il lui sourit en réponse.

<< Je t'y amènerais, princesse. Mais, tu risques d'être défaite si tu pars dans cet état d'esprit. >> Ne serait-ce que ce fichu Beyond, ce dernier avait le pouvoir de faire exploser des têtes à distance. Elle était bien belle avec sa régénération, mais si sa tête se divisait en une trentaine de fragments, éparpillés dans tous les sens, elle aura bien du mal à reprendre son apparence originelle. Pensait-elle attaquer en premier ? Elle était loin de pouvoir bouger plus vite qu'une pensée. Et ce n'était pas l'unique exemple dans ce cas. La plupart des clones partageant leur sang avec Beyond avaient cette capacité. Et quand bien même leur pouvoir n'équivaudra pas toujours le sien, les apparences étaient loin d'être sauve car ce qui comptait dans leur création était la science et non l'esthétisme. Elle ne s'attendait pas à ce qu'elle risquait de voir et en sera vite décontenancée. Non, elle était jeune, une sorte de chiot fougueux, et il lui arrivera de grosses bricoles si elle péchait par orgueil. << C'est dans la Jungle qui se trouve à une petite trotte d'ici, deux jours de marche. Tu t'en sens capable ? >> Bien sûr qu'elle s'en sentait capable. Fallait-il la laisser dormir, avant ? Bof, elle avait l'air d'avoir du baume au cœur et la journée n'était pas terminée. Il sorti de la salle sans se soucier si elle le suivait ou non -après tout, c'était de son choix et n'avait-elle pas dit vouloir venir ?- et quitta d'un même pas l'élevage, repassant devant les cadavres qu'ils avaient laissés à l'entrée et les grilles qu'il avait fait ouvrir. Devant eux, la chaleur qui diminuait lentement. Il lui fallut une dizaine de secondes pour retrouver le bon chemin et s'y aventura sans hésitation. Lui aussi avait quelque chose à faire là-bas. Une vieille connaissance à revoir... Impossible de l'imaginer ailleurs que là-bas, sachant désormais son intention.
Le soleil, dans son dos, commençait à s'effacer pour laisser la place au crépuscule. Il ne se couchera pourtant pas de suite et malgré sa lumière faiblissant, il restait bien six heures avant la fin du jour. Il regretta l'amenuisement de ses capacités fantomatiques car elles lui auraient permis de se rendre directement là-bas. Mais être capable d'être matériel, un peu plus réel, valait bien tout cela. Qu'être vivant lui manquait ! Sentir son cœur affolé frapper contre sa poitrine, la chaleur d'une boisson et la fraîcheur d'une glace. Le bien être éprouvé lors d'une étreinte... Il aurait tout donné pour retrouver cela. Il n'en avait qu'un pâle arrière goût désormais, mais ne s'en plaignait pas, car c'était toujours mieux que rien. Au moins, la fatigue ne le gênerait pas durant le trajet. Il s'étira en marchant.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 332
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Ven 21 Oct - 21:44

     Il me sourit avant de me répondre:

-Je t'y amènerais, princesse. Mais, tu risques d'être défaite si tu pars dans cet état d'esprit.

Moi être défaite? S'il pensait ça c'était que soit, il me sous estimait, soit que les expériences qu'il connaissait devait être drôlement puissantes. Excitant! J'avais encore plus envie de connaître ces gens maintenant, mais j'étais loin d'être une gamine irréfléchie, j'étais même très patiente et intelligente et j'arrivais toujours à mes fins. Je n'ignorais pas son avertissement, je serais encore plus sur mes gardes que d'habitude voilà tout. Mais si l'envie me prenais de m'amuser alors j'y céderais, après tout je n'avais rien d'autre à faire de ma vie.

-C'est dans la Jungle qui se trouve à une petite trotte d'ici, deux jours de marche. Tu t'en sens capable ? Me demanda-t-il.

Certes j'étais blessée mais maintenant que la balle était retirée ma blessure allait vite se refermer. Je hochais la tête. Il sortit de la salle et quitta rapidement le complexe de bâtiment, sans même vérifier si je le suivais, mais s'il c'était retourné il m'aurait vu accroché à ses talons. Je devais bien avoué qu'il avait réussi à attiser ma curiosité, un combat face à un adversaire qui avait du répondant était toujours plus intéressant et ce n'était pas les vigiles gisants sur le sol qui aurait put rassasier ma soif de combat... Je souris, je devais avouer que j'étais presque impatiente de rencontrer les "gens de mon espèce".

Dehors, le soleil baissait sur l'horizon laissant lentement place à la nuit. Je me demandais si, en tant que fantôme, mon compagnon avait besoin de dormir mais j'en doutais. Quand à moi, j'avais besoin de sommeil, surtout après avoir été blessé. Certes il me suffisait de quatre heures par nuit, mais c'était quatre dont il valait mieux que j'évite de me priver. Mais nous avions encore le temps avant que ma fatigue devienne critique, en fait je ne la ressentais pas encore. J'hésitais à engager la conversation, puis décidais finalement de continuer la marche en silence. Nous avions 2 jours entiers de marche devant nous d'après Sin, nous aurons largement le temps de discuter.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 619
Age : 23

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   Dim 30 Oct - 10:40





I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Boum badaboum? (Elana)   

     
Revenir en haut Aller en bas
 

Boum badaboum? (Elana)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» *Boum* *crack* *poui poui*
» BOUM
» [UPTOBOX] La Boum [DVDRiP]
» [UPTOBOX] La Boum 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastica :: Cité du Feu :: Élevage d'hybrides-