Partagez | .
 

 Second battement: Une raison de vivre (PV El)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 1290

Feuille de personnage
Puissance:
30/100  (30/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Diclonius
Isamine Walker
MessageSujet: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Mer 24 Juin - 16:35

     
...Ce que tu as fait... Cette autre fois... J'ai apprécié le geste, c'était vraiment marrant ! Alors tu sais quoi ? Je vais te laisser vivre. Je vais te regarder vivre, pour te remercier de l'avoir mis dans cet état.
.Takō Mare.

< Il respire encore >

< Qu'est-ce qu'on en fait ? T'as vu son état ? >

..Son état... Cette blague... Les souvenirs vacillent dans un océan de ténèbres. Il se rappelle d' 'elle'. Il a... Réussi....? La tuer.
Oui, c'est, c'était sa raison de vivre. Et maintenant ? Avait-il gagné ? Etait-il mort en essayant ?

< Costaud, le bestiot ! >

Non, il était bien vivant et il prenait à témoin la terrible douleur lui rompant les côtes alors que deux illustres inconnus le soulevaient de terre. L'un par les bras, l'autre par les jambes, laissant au sol une énorme flaque de sang.
Sa tête le lança d'un seul coup et Isamine poussa un hurlement rauque. Il lui semblait que celle-ci se déchirait en deux pour en libérer un liquide glaciale et il n'était pas loin de la vérité.

< Il a le crâne fendu... Laisse tomber, on arrivera pas à le revendre ! >

Le crâne... Cela lui revenait. ...Putain, la pioche !! Il s'était pris une pioche dans la tête ?! Cela l'avait tué ?! Encore ? Comment pouvait-il être conscient à l'heure actuelle ! Il se débattit, hurlant et paniqué, et les deux Yōkai qui le soulevaient le lâchèrent de surprise. Il s'écrasa au sol et fixa celui qui se penchait vers lui, perplexe.

< P'tet qu'il est enragé, fait gaffe ! > murmura l'autre qui reculait par prudence. Isamine eut un sourire cynique. Enragé ? Presque ! Un bras invisible surgit derrière le type et lui déchira la gorge comme s'il s'était agit d'une feuille de papier.

- 'Dangereux' serait plus juste. Difficile d'articuler lorsque votre cerveau ne répond plus tout à fait, mais Isamine s'en tirait plutôt bien au vu de la réaction du dernier, s'enfuyant dans la terreur. Mais il ne courait pas assez vite et le clone le rattrapa de son vecteur pour lui transpercer le ventre. Le sang et les organes se trouvant sur la trajectoire du membre valsèrent avec une certaine grâce alors que le corps s'écroula débilement. Devant les deux cadavres, Isamine rit sans en avoir la motivation. Il était plus que désespéré.
Depuis qu'il avait ouvert ses yeux, il y a de cela, s'il en croyait le destinateur des lettres qu'il avait reçu par séries, quelques mois à peine, il n'avait fait que se perdre de plus en plus. Incapable de trouver un but sinon la vengeance, il avait attiré Claudia dans un piège et en était certainement mort. Il avait du mal à comprendre la raison qui faisait qu'il était, à l'heure actuelle, toujours capable de se mouvoir, mais il était bel et bien vivant, à en croire par la souffrance qui le vrillait le crâne... Peut-être plus pour longtemps, lui souffla une voix agaçante provenant tout droit de son esprit malade. Peinant à tenir sur ses deux jambes, blessé à n'en plus pouvoir, il releva un visage couvert de coupures vers le crépuscule. L'heure de se mettre à l'abri, il détestait la nuit. Mais trouver un refuge, dans son état ? Il n'aurait pas pu faire deux pas ! Tentant le tout pour le tout, il réuni le peu de forces dont il disposait pour avancer, ce même liquide glacé coulant toujours de sa tête à sa nuque. Il n'osait porter la main à la blessure, de peur de ce qu'il pourrait y découvrir. Au fur et à mesure que les secondes passaient, il devenait livide et ses pensées s'entremêlaient de plus en plus. Lorsque la nuit le trouva, il n'avait pas réellement avancé et stagnait toujours peu loin de l'endroit où avait eu lieu l'affrontement.

Inutile de se faire des idées.
Mais il ne craignait pas la mort. A les croire, il l'avait déjà connu. Cela le changera, au mieux, de son éternelle errance. Il n'en pouvait plus de survivre en espérant un jour trouver sa raison d'exister. Rien ne semblait avoir d'importance en ce monde, rien ne l'intéressait plus. Il lui prit l'envie de s'allonger pour se laisser... Pour...
Il eut peur et tenta de se reprendre. Cela ne devait pas être si compliqué de survivre. Faire soigner ses blessures ou se guérir seul, récupérer et regagner des forces ...! Ici, au milieu de nul part, il devait surement y avoir quelqu'un qui aurait pu le sauver.
Mais l'horizon demeurait vide et il tomba à genoux, abattu. Il s'en voulait d'avoir gâché ça. "Ça", sa seule chance de refaire une vie.

Entre la crainte et le calme féroce de quelqu'un qui n'a pas vraiment quelque chose à perdre, Isamine oscillait d'une émotion à une autre alors que ses yeux se voilaient et qu'il devint rapidement incapable de les utiliser. Sa tête semblait baigner dans un flot tiède et ses membres s'alourdissaient... Seule l'ouïe fonctionnait encore vaguement, ce qui le permit d'entendre des bruits de pas se rapprochant de sa personne...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 837
Localisation : Dans un coin sombre

Feuille de personnage
Puissance:
55/100  (55/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Guerrier de Gaïa
Eleonore Setsuki
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Mer 8 Juil - 12:01

     Oh là là quel séjour ! Jamais de la vie j’aurai pensé que je m’en sortirai en un seul morceau. Dès mon atterrissage sur le continent je m’étais rendue à l’endroit où régissait mon peuple afin d’assister à la réunion annuelle. Finalement cela fait, il me restait encore un peu de temps pour visiter ma terre natale. J’avais décidé que je ne resterai pas cloitrer chez un peuple qui me regarderait de travers mais plutôt de voir dehors quitte à ce que le peuple découvre que nous existons. Le coin était plutôt sympa. Je retraçais le chemin inverse en direction de l’aéroport. J’avais envisagé de passer dans une ville juste avant. Pour l’instant, j’étais à la cité du feu. Ce n’est pas l’endroit le plus beau du continent, ou le plus riche au contraire. Tout était abandonné. Je ne sais pas si c’est équivalent Aux Méandres de chez nous mais bon cela si rapprochait un peu. La Nature était mise à l’épreuve laissant apparaître les vestiges des temps passées. Seul reste des ruines d’une civilisation ravagée. Je me demande si je ferais des nouvelles connaissances. Comment est la population ici et qui plus est, comment fonctionne leur mentalité ? Etait elle différente de celle d’Our land ? Je ne sais pas…. J’irai bien boire un verre à un bar. Que c’est long à pied pour tout traverser… Je m’ennuie !! et j’ai la dalle ; j’ai besoin de sang. Légèrement fatigué, j’étais en quête d’une cible idéale. Encore une fois, j’étais dans la même situation, je me suis retrouvée avec folle rouquine dans le marché des esclaves d’Our Land. Je me suis retrouvée avec des excréments sur la tête, et une fille homme (je ne sais toujours pas son sexe) par terre fatigué d’être esclave. J’ai planté mes crocs dans sa gorge ou sa main je ne m’en souviens plus trop, cependant qu’est ce que c’était bon. Cela avait refait mon stock. Zune la rouquine me fit un petit cours sur le vampirisme : le pouvoir de régénérescence etc.

Maintenant j’étais seule à la chasse sans un mentor trop canon. Pourvu que je m’en sorte, je dois survivre. Je regardai au loin et vis un truc vraiment dégoutant. Un cadavre…. Apparemment, il avait passé un sale quart d’heure. Je me précipitai vers lui et constatai avec stupeur le cerveau fendu. Le sang s’agglutinait partout. Mon premier réflexe, eh bien vous allez rigoler mais j’ai vomi mes tripes à côté. Ecœurée par ce que je voyais, j’attendis de respirer le peu d’air frais du coin et retourna vers le cadavre. Je touchai le sang au sol et constatai qu’il était encore chaud. Visiblement le crime venait de se passer. Je passai le sang près de mes lèvres tel une obsédée. Je mis ma main entière dans la flaque de sang essayant de ne pas me préoccupé de la cervelle ouverte, puis je me badigeonnai sur les dents, la langue, les lèvres les joues. Qu’est-ce que c’est bon ! Je me sentais renaître. Mon corps vibrait, frissonnait ; j’étais en transe. Je me risquais de le regarder à nouveau. Je fus scandalisée en remarquant qu’il n’était pas si mort que çà. Mince ! Ses yeux bougeaient péniblement. Comment pouvait-on respirer avec un truc pareil ? Je ne pouvais donc pas me nourrir avidement de lui. Bref, en mémoire à la dernière fois, je décidais de faire la bonne samaritaine. Je pris le couteau dans ma chaussure, et sectionna ma main. Les gouttes de sang qui en jaillit se déversèrent dans bouche que j’avais entre ouverte. Je ne savais pas à qui j’avais à faire et je ne m’attardai pas à l’analyser ses blessures me dégoutaient trop. Mon sang ne le régénérerait pas comme le sang d’un vampire mais le maintiendra en vie. Peut-être que cela le permettra de parler un peu. Du moins je l’espérais :

« Salut petit, qu’est ce que tu as fait pour être dans un état pareil sans blague. Tu es vraiment dans
un sale état ! Comment veux-tu qu’on soigne un crane scindé. Je ne suis pas magicienne ! Je vais faire le max alors s’il te plait ne bouge pas.»

Je regardai autour de moi, je ne pouvais pas le déplacer de peur qu’il ait des côtes fêlées ou quelque chose d’autre. Je pouvais que soulager dans un premier temps. Je ne connaissais personne ici pour le soigner. Il n’y avait pas de forêt donc j’étais incapable de trouver une plante antiseptique. Je ne savais vraiment pas quoi faire. Devrais-je le tuer afin d’abréger ses souffrances ? Je pourrais ainsi avoir le sang que j’ai besoin. Mais est-ce bien ? Peut-être pourra t il m’être utile, à me sentir moins seule…. Je décidais alors de lui parler même si je n’avais la certitude qu’il m’entendait.

« Je m’appelle Eleonore Setsuki, je suis de passage sur ce continent. Je vais te passer un peu plus de sang pour tu guérisses un peu plus. J’aimerai bien faire un feu mais il n’y a pas de bois. Je ne peux pas te faire une infusion avec les plantes de secours que j’ai sur moi. Reste avec moi, ne t’endors surtout pas. »

Je repris du sang sur l’autre main et essayai alors de faire glisser ces quelques gouttes dans sa bouche en espérant qu’il les accepte.



Je marche sur un fil et je ne sais pas où je vais tomber
mais quelque soit le chemin ta fin sera similaire.
Pour l'instant je tends vers la gauche la destruction
peut être que demain je serai d'une humeur plus tolérante.
Je sais pas.
Mais dans tout les cas
je défierai ce fichu destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1290

Feuille de personnage
Puissance:
30/100  (30/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Diclonius
Isamine Walker
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Ven 10 Juil - 20:40

     
< Isamine >

< Isamine >

< Isamine, écoute-moi. >

L'enfant, barbouillé de sauce tomate, se retourna vers le vieux Zombie. Maître Allen avait toujours eu cette élégance qui le maintenait le souffle coupé à chaque fois qu'il l'apercevait. Le petit garçon aux cornes étranges écouta avec des yeux ronds ce qu'on avait à lui dire.

< Alalala... Si tu lance le mixeur sans en fermer le couvercle, tu en mettras toujours partout. >
< Je suis désolé, Maître. Je ferais mieux la prochaine fois. >

...et celle d'après également.

Des bruits de pas, des bruits de doigts qu'on plonge dans une flaque de sauce tomate. Il ne se l'était jamais avoué, mais, étant petit, il adorait en répandre ainsi partout, la couleur rougeâtre lui rappelant un souvenir précédemment oublié.
Cela lui revenait maintenant et à cette scène innocente se superposa celle de la maison où servaient ses parents, teintée elle aussi de sauce tomate.
De...
De sang ?

Qu'est-ce que cela avait à voir avec la sauce tomate ? Et avec cette terrible nuit où Maître Allen a été cruellement assassiné par cette personne en laquelle il avait tant confiance ? Il n'en savait véritablement rien et même maintenant quelque chose semblait l'empêcher de mener plus loin son raisonnement. Il déniait, refusait en bloc d'avoir pu, d'une manière ou d'une autre, blesser le seul être lui ayant jamais tendu la main. Auquel cas, il ne serait rien d'autre qu'un monstre mort en vain. Il ne pouvait pas être ce monstre.

Des doigts le touchèrent comme une caresse du Maître et d'un seul coup, il se mit à tousser violemment, ressentant un gout familier s'étendre au fond de sa gorge. Il convulsa quelques instants, hurlant sinon de douleur, au moins de terreur par rapport à cette culpabilité enterrée. Au delà de ses paupières papillonnantes, il apercevait en images saccadées une femme blanche, semblable à un fantôme. Il s'agrippa à son bras avec fermeté.

« Salut ██████████████████ dans un ███ pareil sans blague. ████████████ sale état ██████ soigne ██ crane scindé. ████████████ faire le max alors ██████████████████ pas.»

Le sang.
Il comprenait lentement.
Oui, il n'y avait que ça- que ce sang... Après tout, même Claudia était devenue vampire. Pourquoi- déciderait-il de... Mourir s'il avait cette chance de survivre ?

« █████████ Eleonore █████████ passage █████████ un peu plus de sang pour tu █████████ mais il n’y a pas de bois. Je ███████████████████████████ les plantes de se-██████████████████avec moi, ne t’endors surtout pas. »

Ce poignet qu'il retenait également de ses vecteurs, il l'agrippa à deux mains et l'approcha de sa bouche, collant la plaie contre ses lèvres. Ses yeux s'ouvrirent sur un regard fou alors qu'il aspirait autant de sang que possible, donnant des coups de dents pour rouvrir la blessure. Il lui en fallait une grande quantité s'il voulait se transformer en...
En...
Serrant de plus en plus fort son emprise, il croqua fortement dans la chair, la malmenant du mieux possible, lorsque la quantité vitale fut absorbée, ses doigts se relâchèrent et il bascula en arrière, les yeux exorbités. Il sembla chercher de l'air alors que tout son corps se mourait littéralement et pour de bon, alors que le cœur s'arrêta et les poumons se bloquèrent. Alors que ses vecteurs, affolés par la fin subite, tranchaient chaque obstacle et détail du paysage aux environs, épargnant miraculeusement l'ombre blanche. Il se crispa, plusieurs fois, et du sang tout autant que de la bile perla de sa bouche.
Puis il s'immobilisa.

Cela dura une, non, deux minutes, jusqu'à ce que le sang vampirique ait fait son trajet dans l'organisme. Rapidement, les organes blessés se soignèrent. Le liquide cérébrale arrêta de couler, se figeant dans un crâne protégé d'une fine pellicule sanguinolente. Les os arrachés ne pouvaient réapparaître, ils poussèrent quelque peu pour se stopper à l'ouverture. Ce fut au tour des entailles et de tout ce qui est superficiel, enfin, de disparaître. Il perdit quelques années d'apparence, la couleur présente en ses cheveux se fit plus vive et une lueur inconnue abrita les yeux qu'il ouvrit soudainement, inspirant d'un nouveau souffle.
Un sourire satisfait se dessina sur ses traits.

- Merci. articula-t-il entre deux petites quintes de toux, se redressant à l'aide de ses bras invisibles. Je serais mort sans ton aide. Il se tint la tête qui lui tournait encore. Haha, pas tout à fait rétabli à ce que je vois... J'ai besoin d'un peu plus de temps... Redressant le visage, il contempla l'ombre blanche. C'était une jolie créature, une sorte de jeune femme qui semblait à première vue innocente mais il en avait assez vu pour qu'un tel minois ne le trompe. Cette vampire... Elle cachait bien son jeu. C'était une combattante, une guerrière. On ne trompe pas un soldat. Isamine s'inclina. Mais je ne suis pas un ingrat... Que veux-tu que je fasse pour te repayer ?

[ HRP: So you've got a novice u___u You can still kill him if you don't want I can still be cloned again ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 837
Localisation : Dans un coin sombre

Feuille de personnage
Puissance:
55/100  (55/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Guerrier de Gaïa
Eleonore Setsuki
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Sam 25 Juil - 23:27

     Arg doucement petit, il va finir par me vider de mon sang. Sérieusement quand je lui ai proposé de me prendre du sang je ne pensais pas qu’il allait jusqu’à complètement me vider. Il veut peut être me tuer. Je sentais ses dents mordre avidement ma chair meurtrie. Il suçait le plus qu’il pouvait. Savait-il pour les vampires ? Je ne sais pas en tout cas il me fallait être courageuse. C’était la première fois que j’offrais mon sang à un patient. Je ressentis une sensation de froid à prime à bord puis une sensation qu’on m’arrachait le bras le vidant de l’intérieur. Moi qui déteste déjà les piqures là je suis servie. Je ne pensais pas que j’aurais mal ainsi, cela m’aurait fait un peu de réfléchir. Bon sang, il a encore de la force. Mon instinct de survie me suppliait de me retirer et de l’achever néanmoins je n’avais pas fait ce chemin pour rien, cela en valait la peine. Je devais combler ce vide dans mon cœur. J’avais perdu quelque chose ou quelqu’un. Mon amnésie de ces quelques années ne s’est pas résolue. J’avais besoin de protéger une personne peu importe qui sait. Je devais éviter ses moments de solitude qui me plongeait dans la mélancolie. Je me sentais si seule. Je ne me reconnais plus. Je me demande encore qui je suis. Dans ce monde personne tient réellement à moi, est-ce du à mon appartenance à ma race ou bien serait-ce parce qu’on a peur de moi ? Ce ne serait pas la première fois… Suis-je capable d’aimer ? Peu importe ces questions sont inutiles. Je sais ce que je dois faire dans un premier temps : sauver cet homme ensuite on verra. Arg cette sensation de froideur…. Ma vue se brouillait. Quelle ironie du sort ! Je me suis nourrie de sa flaque de sang et me voilà vider de toute vitalité. C’est pathétique.

Quand ce fut enfin fini, je m’installai sur le côté, assise. J’étais pâle comme morte, non en fait, je l’étais déjà pâle mais là je me sentais vraiment mal. Je savais pertinemment qu’avec un peu de temps je me régénèrerais. Ou si je mordais quelqu’un, ce sera quasi instantané…Les yeux brouillés, je voyais le petit suffoqué. Aurais-je fait çà pour rien. Quelle idiote ! Me voilà dans un sacré état. Que vais-je faire ? Rester calme, oui…C’est la seule chose,….se reposer…. Respirer. L’autre est mort. Il avait effectué un rejet. On n’est pas tous capable d’endurer la vampirisation. Peut être que c'était déjà trop tard pour lui. Moi, j’étais un cas à part, personne ne m’a transformée, la maladie s’en ai chargé. Quelle cochonnerie !

Merci.

Attend je viens d’entendre un truc pas net. Je levis la tête, et vis un homme plutôt en bonne forme, me souriant. J’en croyais pas mes yeux il était mort il y a quelques minutes. C’est ….impossible…. Non… J’étais véritablement sous le choc. J’imaginais dès lors ma tête. Franchement j’étais sidérée. Comment un homme qui a la cervelle par terre et le crâne ouvert peut être vivant ? Et surtout de bonne mine…. Le sang vampirique serait-il si puissant ? Je regardai par terre et vis encore des morceaux de cervelle…. Avait-elle repoussé ? Oh lo lo….

Je serais mort sans ton aide. Tu m’étonnes, s’il m’avait dit le contraire, je ne l’aurai pas cru. Mais je ne suis pas un ingrat... Que veux-tu que je fasse pour te repayer ?

Qui est-il cet homme, de quelle race appartient-il ? Comment avait-il eu cette blessure ? Après quelques instants de blanc, je compris quelque chose. Si cet homme devant moi était devenue un vampire ? Non…. Je n’y crois pas. Pourquoi ? Eh bien parce que je suis devenue ainsi par un virus comment je pourrais le transformer ? Ce privilège n’était il pas réservé à la famille noble des vampires ? Finalement je ne savais pas grand-chose de ma nouvelle situation. Je ne savais donc encore moins ce qui arrivait en ce moment même. Je tentai tout de même le coup.

Eh bien mon grand, que dirais tu d’aller chasser avec moi une jolie petite proie pour consolider ta nouvelle santé (en même temps la mienne bien entendu) ? Ensuite si tu souhaites vraiment te racheter, voudrais tu m’accompagner dans mon periple ? On irait boire un verre tu me diras qui tu es ce que tu es. Les autres informations viendront quand tu voudras bien me les dire, d’accord ? Acceptes tu ce marché ?



Je marche sur un fil et je ne sais pas où je vais tomber
mais quelque soit le chemin ta fin sera similaire.
Pour l'instant je tends vers la gauche la destruction
peut être que demain je serai d'une humeur plus tolérante.
Je sais pas.
Mais dans tout les cas
je défierai ce fichu destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1290

Feuille de personnage
Puissance:
30/100  (30/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Diclonius
Isamine Walker
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Ven 31 Juil - 20:45

     
Se redressant, il observa la -semblait-il- jeune femme d'un visage sans émotion. Il s'attendait à toute sorte de réponse et préférait se préparer au pire plutôt que d'être pris au dépourvu. C'était sa façon de se protéger.

- Eh bien mon grand, que dirais tu d’aller chasser avec moi une jolie petite proie pour consolider ta nouvelle santé (en même temps la mienne bien entendu) ? Ensuite si tu souhaites vraiment te racheter, voudrais tu m’accompagner dans mon periple ? On irait boire un verre tu me diras qui tu es ce que tu es. Les autres informations viendront quand tu voudras bien me les dire, d’accord ? Acceptes tu ce marché ?

Tuer... Aurait-il cherché une rédemption, maintenant qu'il avait survécu à la mort, encore une fois pour ainsi dire ? Cela lui effleura l'esprit mais son instinct de survie le titillait. Il sentait qu'il avait effectivement besoin de ce meurtre. Il n'était pas naïf, il savait ce qu'était un vampire. Il savait en être devenu un. Il fallait donc tuer. Maintenant, désormais, pour autant de temps qu'il vivra. Il n'était pas en posture de refuser un coup de main, même s'il tenait désormais sur ses jambes, il était clair qu'un féroce contre-coup n'allait pas tarder.
Il hocha doucement la tête.

Une éternité, merde. Lui qui ne souhaitait rien sinon la vengeance, le voilà pris dans un futur sans avenir. Il avait survécu par réflexe, par peur de la mort... Mais maintenant, il se retrouvait perdu dans le brouillard et un peu effrayé à l'idée de devoir errer jusqu'à ce qu'une nouvelle occasion de mourir se représente.
D'un autre côté... Elle lui proposait de la suivre. Où ? Pourquoi faire ? Une présence, c'était déjà ça. Lui plutôt du genre solitaire... Agoraphobe même s'il n'osait se l'avouer, craignait un peu cette idée. Mais la solitude de ces derniers temps l'avait étouffé... Il lui fallait absolument une présence amie ou il allait définitivement perdre les pédales. Quelques jours, quelques mois, quelques siècles -il avait définitivement du mal à s'imaginer l'éternité- à trainer près d'une inconnue lui ayant sauvé la vie ne lui semblait pas si mal, finalement.

- Si tu ne m'appelles plus jamais 'mon grand', je t'accompagnerais sans hésitation. Je n'ai jamais laissé une dette impayée. Où étaient-ils ? Il tentait de se repérer... La Cité ? Ils étaient dans la Cité ? Argh, le prochain coin où tous deux auraient pu s'installer -même si elle lui avait si généreusement proposé de lui payer un verre, il pouvait très bien payer le sien. Il avait peu de sous, mais trop d'honneur.- était à des lieues ! Bien plusieurs heures de marche. Il grimaça, mais pas à cause de la distance. Il avait terriblement mal au ventre, son estomac.
Ravalant ce qui remontait, il chercha une diversion quelconque à ce malaise. Qu'est-ce qui lui arrivait...? Ah, le corps était mort. Oui, c'était logique, quand on y pensait. Certaines substances n'y avaient plus rien à faire. Voilà un sale quart d'heure en perspective mais il avait évidemment vu pire. On devrait commencer à marcher, lança-t-il d'un air conciliant qui cachait plus ou moins sa détresse. Alors... Où est-ce qu'on va chercher cette proie ? Ici, c'était plutôt désolé et le peu de monde y errant était assez éparpillé pour les obliger à chercher un moment avant de trouver âme qui vive. Passant, pour en éponger la sueur désormais sanguinolente qui y perlait, sa main sur son visage, il se rendit compte que la cicatrice le traversant ne s'était pas refermée...? Cette cicatrice... Il l'avait eu étant enfant. Il l'avait toujours eu. Mais à en croire les lettres, il n'était pas celui qu'il pensait être. Peut-être que cette cicatrice n'était pas réelle non plus. Une fausse, refabriquée à partir d'une image, d'un modèle mort depuis longtemps. Isamine se demanda si l'enfant en pleurs qu'avait recueilli Maître Allen lui en voudrait de vivre à sa place. Était-il lui-même à partir du moment où il en avait ses souvenirs ? Il chassa ces mauvaises pensées tout en sachant qu'il aura un jour à y répondre, maintenant qu'il n'avait plus la mort en ligne de mire.

- Je dois t'appeler comment, au passage ? La fille, madame, mademoiselle ? Ou par un prénom ? Bien entendu, tout à l'heure, lorsqu'il se mourrait, il n'avait pas vraiment ni entendu ni compris ni retenu son prénom. Maintenant, ça lui manquait quelque peu... En fait, il n'était pas du genre bavard. Là était l'exception car ils avaient beaucoup de choses à mettre au point mais il préférait ne pas avoir à l'appeler du tout, en fait. La suivre, oui, jouer le confident... Moyen.
Ah, ah, ah, l'estomac...! ...Ne le laissait définitivement pas en paix. Il fit avec ce qui ressemblait pourtant à des crampes et fit en sorte de -non, définitivement, il n'allait pas le faire !- ne pas vomir devant l'albinos. Question de bienséance, mais surtout que vomir devant quelqu'un, ça vous rend vulnérable et Isamine en avait marre d'être vulnérable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 837
Localisation : Dans un coin sombre

Feuille de personnage
Puissance:
55/100  (55/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Guerrier de Gaïa
Eleonore Setsuki
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Mar 25 Aoû - 18:06

     Me levant délicatement, afin d’éviter un malaise malheureux, je jetai un coup d’œil aux alentours.
Je ne voyais rien. Pas un humain, pas de civilisation… Cela risque d’être très difficile de trouver une victime. Our land était beaucoup plus facile, il y avait un marché prévu à cet effet. Le continent demeurait plus sauvage, plus barbare. Dans ces contrés, j’avais la nette impression que les coutumes étaient… comment dire….plus noble ; du moins à prime à bord, parce que trouvé un type avec une hache dans la tête n’était pas coutume. J’avais plutôt l’habitude d’esclaves vidée de leur sang de leurs entrailles ou encore des membres éparpillées sur cinquante mètres.
Malgré que Fantastica fut mon pays de naissance, je n’y suis pas restée suffisamment longtemps pour connaitre ses environs. Je m’étais enfuie précipitamment quand mon pouvoir devint hors de contrôle. J’avais tué quelques-uns de mes congénères lors d’une chamaillerie pour enfants. Mon peuple ne sachant comment réagir, délibérèrent pendant toute nuit. Je ne leur laissai pas le temps.

Je partis, larmes aux yeux, vers de nouveaux horizons, loin de toute civilisation. Je préférai nettement la vie ainsi. Personne m’était redevable et inversement. J’étais libre. Je pus perfectionner mon pouvoir, assouvir ma vengeance. Cependant avec les années, la compagnie me manquait. La colère cela va bien quelques temps. Après on s’en lasse. Je ne voulais aucunement avoir un confident, juste un compagnon de route le temps d’être ici. Si cet homme voudra reprendre son chemin, qu’il en soit ainsi je ne l’empêcherai pas.

Si tu ne m'appelles plus jamais 'mon grand', je t'accompagnerais sans hésitation. Je n'ai jamais laissé une dette impayée. On devrait commencer à marcher. Alors... Où est-ce qu'on va chercher cette proie ?

Marcher…. Je ne sais pas si on allait pouvoir le faire avec le peu de force qu’on avait. Il pourrait s’effondrer devant moi dans quelques minutes, ou quelques heures. Je ne pouvais courir le risque de le perdre.

Bon peut être que tu préfères mon petit…. Tsss, je te taquine. Je ne pense pas trouver une victime dans les temps en étant ici. Peut-être que si je regarde dans mon sac je pourrai trouver quelque chose…. Qui pourra temporiser le temps d’en capturer une.

Je fouillai dans mon sac.. Depuis ma condition de vampire hybride, j’avais pris l’habitude de prendre des fioles de sang au cas où. Je me voyais mal devant l’assemblé de mon espèce venir tuer un ou deux personnes histoire de me rassasier. Il m’aurait éliminée et à l’heure qui l’est je serai en train de dépérir dans la terre. Ce n’était pas aussi bon que le sang pris sur une personne mais ça suffirait pour le moment. Je tendis la fiole à l’ami.

Tiens cela devrait te soulager un peu. A la tienne !

Je pris une autre fiole et l’a bu coup sec. Pouf je me sens mieux.

Connais tu un endroit où on pourrait croiser des personnes, peut être à la cité de l’eau ? Il n’y a pas un lieu prévu pour ce genre d’effet ? Ah tant que j’y suis, je t’ai vue mourir et renaitre à la vie je suppose que tu as hérité de mon côté vampirique. Mais sache que tu n’es pas qu’un buveur de sang, je ne sais pas qui tu étais avant, maintenant j’imagine que tu as hérité de ma race, de ta race et du vampire. Tu ne ressembleras à personne, personne n’est comme toi, tu es seul au monde. Alors ? Qu’est-ce que cela fait d’être spécial ?

C’est vrai que ces facultés pourraient m’être bien util. Si un jour j’arrive à monter au pouvoir et qu’il veuille toujours m’accompagner dans cette guerre peut être pourra t il me servir de garde du corps. On verra bien en temps et en heure. Pour l’instant je devais savoir quelques points sur lui.

Juste dis moi, j’imagine que tu as du te mettre quelqu’un sacrément en colère contre toi pour qu’il te violente comme ça. A moins que ce soit un jeu ici. Comment tu as fini ainsi ? Doit-on craindre de rencontrer un ennemi à toi sur notre route. Je préfèrerai le savoir à l’avance j’aime pas les surprises.

En fait je m’en fichai de rencontrer des ennemis. J’aurai un peu d’occupation avant de retourner dans mon pays. Personne ne m’y attendait à part l’autre esclave dans le manoir de Laudreuil. Rien d’urgent j’avais mon temps.

Appelle moi Eléonore et toi, mon petit, l’homme blessé ? Tu as un nom ? Quand je t’aurai trouvé une personne pour finaliser ta résurrection, tu pourras poursuivre ton chemin, mais si tu veux rester avec moi et apprendre plus sur ta situation, je t’en pris. Je t’apprendrais à maîtriser tes nouvelles facultés si tu les as.



Je marche sur un fil et je ne sais pas où je vais tomber
mais quelque soit le chemin ta fin sera similaire.
Pour l'instant je tends vers la gauche la destruction
peut être que demain je serai d'une humeur plus tolérante.
Je sais pas.
Mais dans tout les cas
je défierai ce fichu destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1290

Feuille de personnage
Puissance:
30/100  (30/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Diclonius
Isamine Walker
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   Dim 4 Oct - 0:22

     
- Bon peut être que tu préfères mon petit…. Tsss, je te taquine. Il lui lança un regard sombre montrant clairement son manque d'amusement. Isamine était d'un caractère affligeant, à la fois froid et les pieds sur terre. Peu de gens parvenaient à le supporter. Je ne pense pas trouver une victime dans les temps en étant ici. Peut-être que si je regarde dans mon sac je pourrai trouver quelque chose…. Qui pourra temporiser le temps d’en capturer une. Regardant avec curiosité la demoiselle chercher dans son sac, il s'imagina un sandwich ou bien un gnome des forêts du nord -un peu tout et n'importe quoi en fait sauf ce qu'elle sorti. Il regarda la fiole, le sang dedans, puis le visage de la vampire, puis encore le sang dansant dans la fiole. Ses crocs lui firent mal, il mit la main devant les perles blanches, comme pour s'en protéger. Une rage de canines...Aoutch.
Il ravala difficilement une salive rougeâtre qui ruisselait à flot dans sa bouche, ses pupilles, dilatées par l'envie de s'emparer de la fiole sans ménagement, ne la quittait pas des yeux. Son souffle, même, s'était affolé, devenant de petites respirations rapides. Il était difficile pour le Diclonius de comprendre à quel point il était ridicule à l'instant précis et combien il avait soif de sang.

- Tiens cela devrait te soulager un peu. A la tienne !

Il l'attrapa d'un geste rapide, presque trop vif pour être vu à l’œil nu, et en avala le contenu en deux temps trois mouvements. Fermant les yeux, il senti le liquide lourd, voluptueux, glisser le long de sa gorge, filant le long de ses veines jusqu'à ses extrémités dans un torrent chaud et agréable qui lui faisait penser à la chaleur maternel qu'il n'eut pas connu, la femme en question lui ayant un jour servi de mère n'ayant su que faire du monstre qu'était Isamine. Cependant, s'il avait rejeté en bloc cette partie de sa vie, il pouvait jurer, qu'à sa souvenance, chaque coup reçu lui brûlait le cœur de reconnaissance pour cette preuve qu'elle le considérait assez pour lever la main sur lui. C'était cette même sensation, mélange de haine et de passion, qu'il ressentait à présent alors qu'il buvait le sang et il en était reconnaissant à sa créatrice aux longs cheveux blancs.

- Connais tu un endroit où on pourrait croiser des personnes, peut être à la cité de l’eau ? Il n’y a pas un lieu prévu pour ce genre d’effet ? Il hésita quelques secondes, encore remué par sa boisson. Se mordant doucement la lèvre inférieure, il récupéra une goutte qui y avait été abandonnée.
- Je... Analyser, réfléchir, ne pas hésiter. Il détestait bredouiller. Il y a bien un élevage d'hybrides à quelques dizaines de kilomètres d'ici. Ça n'est pas la peine de changer de région pour trouver une proie... Si tu as de l'argent, ils nous en fourniront gratuitement. Ils pourront également nous héberger pour la journée. Le danger du soleil ne lui échappait pas, avant de s'attaquer à Claudia, il avait bien étudié sa nouvelle race pour être sûr de la mettre en désavantage... Un bel échec. Il brulerait maintenant.
Ne pas revoir le soleil ne le gênait pas. Isamine n'était pas quelqu'un qui se préoccupait de tels détails. Seul importait la situation présente et l'envie de s'en tirer, chose lui faisant par trop souvent défaut. Quand bien même ce seraient des espèces supérieures que tu recherches, je te conseillerais de faire une halte là-bas pour la journée, il parait que la mort par combustion est particulièrement douloureuse. Il disait ça avec grand détachement, comme si cela ne le touchait pas réellement. Lui-même ne savait pas tout à fait ce qu'il en était.

- Ah tant que j’y suis, je t’ai vue mourir et renaitre à la vie je suppose que tu as hérité de mon côté vampirique. Mais sache que tu n’es pas qu’un buveur de sang, je ne sais pas qui tu étais avant, maintenant j’imagine que tu as hérité de ma race, de ta race et du vampire. Tu ne ressembleras à personne, personne n’est comme toi, tu es seul au monde. Alors ? Qu’est-ce que cela fait d’être spécial ?
La regardant, choqué, un sourire amusé naquit sur ses traits alors qu'il retint un rire entaché d'amertume et d'incrédulité. C'était tendre la perche, il fallait que ça sorte, il fallait qu'il l'avoue.

- Tu es à côté de la plaque, je ne suis qu'une copie ratée d'un type étant mort il y a un moment. Certainement pas le premier de ses clones et encore moins le dernier étant donné que j'ai échoué à accomplir l'objectif pour lequel on m'a crée. Des comme moi, tu en verras peut-être d'autres, si je meurs, tu pourras même me remplacer sans trop de difficultés. 'Spécial'... Non. Je ne serais jamais 'spécial'. Et ça blessait peut-être. Et c'était peut-être la marche sur lequel le pied trébuche pour entrainer le cadavre désarticulé tout en bas des escaliers de la folie. Mais Isamine était fort. Même blessé, il savait s'accrocher. Même mort, il saura revenir à la vie. Il avait survécu à ses blessures, sa tête avait beau sembler toujours prise dans un étau, son estomac le brûler à un point indescriptible, ses jambes fragilisées se trouver incapable de le soutenir correctement... Il était là, intact ou presque, et les yeux vifs. Il était assez fier de cette ténacité n'ayant aucune raison d'être mais il devait avouer que sa fierté propre n'avait jamais eu son mot à dire. Non, pas depuis qu'il savait pour ce qu'il était.

- Juste dis moi, j’imagine que tu as du te mettre quelqu’un sacrément en colère contre toi pour qu’il te violente comme ça. A moins que ce soit un jeu ici. Comment tu as fini ainsi ? Doit-on craindre de rencontrer un ennemi à toi sur notre route. Je préfèrerai le savoir à l’avance j’aime pas les surprises.

Revenant subitement à lui, sortant d'un tourbillon de sentiments sombres, il regarda la vampire en face de lui. Il n'aimait pas trop les personnes curieuses, qui semblaient forcer le peu de choses qu'il aurait aimé garder privées... Rien ne lui appartenait ici-bas sinon ses pensées actuelles et encore! elles étaient uniquement la dérive logique des souvenirs de quelqu'un d'autres. Malgré tout, il aimait à se dire qu'il était le seul à les connaitre à cet instant précis et quelqu'un voulant les lui deviner devenait grossier et envahissant. Il se mettait alors instinctivement sur la défensive.
Il se forçait à répondre car sa réponse aura un impact direct sur la suite des événements et qu'ainsi, il se sentait en devoir de lui révéler encore une partie de l'histoire, mais c'était à contre-cœur, pour autant qu'il s'imaginait en avoir un.

- Je devais tuer quelqu'un... J'ai été... Trop faible ? Lui dire ça maintenant reviendrait à se faire abandonner sur place ! Pourquoi s'encombrerait-elle d'un faible ? Quelle utilité aurait-il lors pour elle ? ...Naïf et irréfléchi. C'était vrai aussi, s'il en avait eu l'intelligence, il aurait dû alors réfléchir à un piège efficace. Mais elle est blessée, on ne la recroisera pas de sitôt. Il se rappelait très bien lui avoir arraché les membres. Même si Claudia était devenue une vampire, il se doutait qu'elle ne s'en remettrait pas si vite.

- Appelle moi Eléonore et toi, mon petit, l’homme blessé ? Tu as un nom ? Pas vraiment, non. Mais il se souvenait s'appeler Isamine.
- Isa. C'est ce nom là que j- qu'il avait avant de mourir. Ce nom auquel il répondait si volontiers. Il ne pouvait le changer même si, au fond, il avait encore l'impression de le voler. Mais ces souvenirs semblaient si réels...
Et c'est ainsi que Maître Allen l'appelait alors.

- Quand je t’aurai trouvé une personne pour finaliser ta résurrection, tu pourras poursuivre ton chemin, mais si tu veux rester avec moi et apprendre plus sur ta situation, je t’en pris. Je t’apprendrais à maîtriser tes nouvelles facultés si tu les as. Il était trop faible pour essayer de se découvrir des pouvoirs. Tout ce qu'il savait, c'était que ses vecteurs ne répondaient plus depuis qu'il avait été ramené à la vie. Cela l'angoissait terriblement, car il s'y était désormais habitué et en être amputé le blessait, causant une douleur liée à des membres-fantômes qu'il avait pourtant l'impression de sentir parfaitement.

- As you wish, milady. Murmura-t-il un peu perdu. Pour l'instant, il avait grand besoin de faire le point. Souffler, se reposer, se rassasier de sang. Si son corps tenait tant bien que mal, son mental l'avait lâché depuis bien longtemps. Il était mort, c'est vrai et avait oscillé dans une terrible agonie. Maintenant, il ne savait pas du tout où il en était. Littéralement désemparé, il lui avait pourtant proposé de l'aider dans sa quête, chose qu'il tiendra si elle le désirait car il ne saurait littéralement pas quoi faire d'autre. Se jeter dans une autre revanche était une idée, mais il ne s'en sentait actuellement pas capable... Lâche, il en avait peur. Le dernier combat avait été effroyable et sanglant, il venait de se finir. Il ne pouvait retourner l'affronter de suite.
Il avait besoin que la vampire s'impose et le force à décrocher de ses lubies fanatiques. Il fallait lui changer les idées avec violence pour qu'il oublie de devenir cinglé. Faisant un pas dans la bonne direction, ses doigts courts effleurant ceux, doux, de la guerrière, il lui indiquait le chemin pour se rendre au lieu-dit, jouant les guides, lui peinant à avancer. Il se forçait à chaque pas, dépassant ses limites. Il n'avait pas assez de respect de lui-même pour se préserver et savait très bien qu'il ne pouvait plus mourir d'épuisement. Il était bien capable de la guider jusqu'à destination.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Second battement: Une raison de vivre (PV El)   

     
Revenir en haut Aller en bas
 

Second battement: Une raison de vivre (PV El)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La haine donne une raison de vivre [Jessy]
» Rhapsody ☥ « La haine donne une raison de vivre. »
» [Terminé] Raison de vivre ou raison de mourir ? [pv Natsu et Rya]
» Tu as été, tu es, tu seras ma raison de vivre (invités)
» C'était un monde étrange, mais j'ai appris une chose...Penser que la vie humaine ne peut être régie que par la raison, c’est nier la possibilité même de la vivre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantastica :: Cité du Feu :: Campement Minier-